En français, s’il vous plaît !

420

La pandémie qui sévit depuis un an a remis au premier plan des problèmes vieux de plusieurs décennies concernant l’accès aux soins de santé en français en Ontario.

Gaetan Harvey travaille dans l’industrie manufacturière à Windsor, en Ontario. Dans cette ville, deux personnes sur cinq sont d’origine franco-ontarienne, et une sur cinq parle français, selon le recensement de 2016.

Juste avant Noël, Santé publique Ontario a testé les travailleurs de son usine pour le COVID-19. Alors que Harvey faisait la queue, il a vu une pile de brochures anglaises sur le COVID-19 sur une table, mais aucune disponible en français.

« Si vous avez la brochure en anglais, vous devriez avoir la brochure en français aussi », a dit Harvey. « Ça m’a frustré ».

Les données démographiques de l’usine sont le reflet de la population de Windsor. Il estime que 50 personnes sur 400 dans son usine sont francophones.

Lorsque son tour est venu de passer le test, il est entré dans une pièce avec cinq employés de la santé publique, dont au moins deux étaient des infirmières.

Harvey a salué les infirmières en disant : « Bonjour, good afternoon, anyone speaks French? »

Aucun des employés envoyés par Santé publique Ontario, un organisme provincial, ne parlait français.

Le cas de Harvey n’est pas unique. Les difficultés liées aux communications en français pour la COVID-19 ne font qu’effleurer la surface d’un problème plus vaste. L’accès aux soins de santé en français fait l’objet d’un grand nombre de plaintes, la traduction d’informations importantes sur les soins de santé n’est pas assez rapide et les accents français ne peuvent pas être affichés sur la carte Santé de l’Ontario. Cela peut avoir des conséquences réelles sur la santé des patients, mais les intervenants affirment que les défis ne sont pas insurmontables.

Le Dr Bernard Leduc, PDG de l’Hôpital Montfort, affirme que les barrières linguistiques ont un impact sur « les complications, la durée du séjour, les coûts… les mauvais diagnostics et la compréhension du traitement. »

Treize pour cent des plaintes relatives aux services en français déposées en 2019-20 visaient le ministère de la Santé, selon le dernier rapport annuel du Commissaire aux services en français de l’Ontario publié en décembre 2020. Les plaintes ont été déposées pour un manque de traduction de documents publics et de points de presse du gouvernement. Le seul autre ministère qui a reçu plus de plaintes liées à la langue est le Bureau du Conseil des ministres – le ministère du premier ministre.

« De nombreux problèmes pourraient être résolus… par une planification efficace de la prestation des services en français », conclut le rapport du commissaire aux langues.

L’Ontario offre l’accès à certains services en français dans 26 régions désignées en vertu de la Loi sur les services en français. Cependant, il y a eu des incidents où le gouvernement n’a pas offert de services de traduction jusqu’à ce que le commissaire aux services en français intervienne.

« La Loi sur les services en français doit être mise à jour. Elle repose en grande partie sur la bonne volonté. Le projet de loi lui-même n’a pas de mordant pour forcer les gens à respecter la loi », affirme France Gélinas, députée provinciale et porte-parole en matière de santé à l’Assemblée législative provinciale. « Il est grand temps de l’améliorer. »

Selon elle, cette loi a été introduite en 1986 et est insuffisante pour couvrir les besoins actuels des Franco-Ontariens.

Cette pandémie n’est pas la première fois que l’Ontario est critiqué pour son manque de communication en français lors d’une crise de santé publique. L’épidémie de H1N1 en 2009 avait déjà révélé des faiblesses en matière de communication bilingue.

Des interprètes sont systématiquement présents lors des points de presse quotidiens du premier ministre Doug Ford.
PHOTO : RADIO-CANADA

Le gouvernement a fait passer les communications en français au second plan, surtout pendant les premières étapes de la pandémie, croit Mme Gélinas. « Nous avons eu l’interprétation en langage gestuel des sourds presque dès le début, mais l’interprétation en français est arrivée beaucoup plus tard ».

La version française du portail de vaccination en ligne de l’Ontario a été lancée environ une heure et demie après la version anglaise, ajoute Dr Leduc. « Si c’est une course pour faire la queue pour la vaccination, les francophones ont été pénalisés parce qu’ils avaient une heure et demie de moins pour avoir accès à la vaccination. »

« Il y a tout simplement un manque de disponibilité des services de santé en français », a déclaré Jacinthe Desaulniers, PDG du Réseau de services de santé en français de l’Est de l’Ontario. « Même dans les 26 régions désignées, il n’y a pas d’accès à un continuum complet de soins. »

Alors que presque tous les hôpitaux offrent au moins quelques services en français, moins d’un tiers des établissements de soins de longue durée et de services de santé mentale et de toxicomanie offrent des services en français. Le manque d’accès aux soins de santé en français est pire dans les communautés rurales. Un Franco-Ontarien sur cinq vit encore en dehors des zones couvertes par la Loi sur les services en français, par exemple à Nickel Belt, en Ontario.

« Peu importe où vous habitez dans le Nickel Belt, vous devez parcourir de longues distances pour avoir accès à des services de santé, et des distances encore plus longues si vous voulez avoir accès à des services de santé en français », affirme Mme Gélinas, députée provinciale de Nickel Belt.

Il n’y a pas que l’incapacité à communiquer ; la mauvaise communication est également dangereuse lorsque les professionnels de la santé supposent que les patients ayant des capacités limitées en anglais les comprennent, ce que l’on appelle aussi la fausse fluidité.

Une étude du Collège canadien des responsables de la santé a révélé que la plupart des francophones du Canada pensaient que l’accès aux soins de santé était excellent, mais que les services en français étaient « faibles ou inexistants. »

« Il y a un risque de ce qu’on appelle la fausse maîtrise parce que beaucoup de termes [entre les langues] sont similaires, mais ils n’ont pas la même signification », explique Sarah Bowen, professeure adjointe à l’Université d’Ottawa et coauteure de l’étude.

« Nous disons ‘j’ai mal au cœur’, ce qui voudrait dire « my heart hurts » en anglais. Mais ce n’est pas parce que vous avez mal à votre cœur, c’est parce que vous avez envie de vomir », explique Danielle de Moissac, professeure de sciences expérimentales à l’Université de Saint-Boniface et autre coauteure de l’étude. La phrase pourrait être mal interprétée par des anglophones, qui pourraient penser que le patient souffre d’un problème cardiaque.

De nombreux francophones sont bilingues mais disent avoir besoin de services en français lorsqu’ils se trouvent dans une situation vulnérable.

« Quand je suis malade, je ne suis pas bilingue », affirme Dr Leduc.

« Si leur langue maternelle est le français et qu’ils finissent par avoir une situation grave où leur esprit est affecté, la première langue qui revient est le français », explique Roger Pharand, membre du conseil consultatif des patients et des familles au Winchester District Memorial Hospital, à 45 minutes de route au sud-ouest d’Ottawa.

Les deux tiers de la population francophone de la province vivent dans l’est de l’Ontario, mais le service en français pourrait encore être inégal. « C’est un peu un coup de chance si votre infirmière peut vraiment vous parler en français « , dit M. Pharand.

La mère francophone de M. Pharand était atteinte de démence et vivait dans un foyer de soins de longue durée dans l’est de l’Ontario. Elle a eu un jour un accident vasculaire cérébral dans le foyer, alors qu’il n’y avait pas de personnel francophone présent. Le personnel « n’avait aucune idée de ce qui lui arrivait parce qu’ils parlaient anglais et qu’elle ne pouvait pas les comprendre ».

Les experts disent que fournir un accès aux soins de santé en français doit être inclus dans les discussions sur la sécurité et la qualité des soins avec les gestionnaires de soins de santé.

« Ce qui résonne avec les dirigeants des soins de santé, c’est la gestion des risques », déclare Bowen. « Les risques de sécurité sont directement impactés par les barrières linguistiques ».

L’accès aux services de santé en français n’est pas seulement une question de vie humaine; selon M. Pharand, c’est aussi une question de dignité humaine.

« Il y a une certaine fierté que j’ai dans ma culture. Je n’aime pas que ma culture soit mise de côté », déclare M. Pharand. « Il y a une question de respect, une question qui découle des mêmes valeurs et de la même éthique que le droit de vote. »

À terme, les groupes de santé francophones souhaitent que des informations linguistiques soient ajoutées sur la carte de santé de l’Ontario afin de renforcer l’accès aux services de santé en français.

« La collecte de l’identité linguistique au sein de la carte de santé serait une amélioration tellement importante », ajoute Mme Desaulniers. « Nous pourrions suivre le patient à travers le système de santé ».

Cette mesure permettrait également d’améliorer la collecte de données linguistiques afin d’identifier les lacunes des services de santé et d’en améliorer l’accès à long terme.

Une fois que les informations linguistiques figureront sur les cartes Santé, « nous pourrons effectuer toutes les recherches et nous assurer que nous pouvons établir un lien entre les résultats et la langue « , croit Dr Leduc.

La carte Santé de l’Ontario.
Image: Ontario.ca

La carte Santé de l’Ontario est également incapable d’afficher les noms avec des accents.

« Les ordinateurs du gouvernement ne peuvent toujours pas mettre un accent aigu sur mon nom », explique Mme Gélinas. « Comment se peut-il qu’en 2021, un ordinateur du gouvernement ne puisse pas faire d’accents français ? »

On ne peut pas dire quelle langue parle une personne juste en la regardant, ce qui fait des Franco-Ontariens une minorité invisible. « Les francophones passent toujours inaperçus parce que ce n’est pas un groupe visible », a déclaré Mme Desaulniers.

Et la minorité invisible se bat toujours pour être servie dans sa langue maternelle.

« Les Francos se plaignent tout le temps. Ils se plaignent, se plaignent, se plaignent jusqu’à ce qu’ils obtiennent quelque chose », dit M. Pharand. « Nous allons nous battre jusqu’au bout. Pas violemment, mais pour protester, pour aller voir nos politiciens et invoquer vraiment notre démocratie. »

Le ministère de la Santé de l’Ontario n’a pas répondu aux demandes répétées de commentaires.

Cet article a été rédigé (en anglais) par M. Jonathan Got, étudiant en journalisme de l’université Carleton, dans le cadre d’un de ses cours. Merci Jonathan d’aborder ce sujet important!