Des codes bleus simulés pour être mieux protégé

557

D’aussi loin que je me souvienne, l’organisation des simulations de code bleu fait partie des méthodes d’apprentissage et de consolidation utilisées par l’Institut du Savoir Montfort et les éducatrices cliniques des unités de soins de l’hôpital.

Toutefois, le contexte de la pandémie a apporté un niveau de difficulté à plusieurs égards et nous a forcés à adopter des pratiques différentes et à modifier nos protocoles d’intervention – tout cela en très peu de temps.

Tous les codes bleus allaient maintenant être « protégés ».

Les défis que nous avons dû affronter étaient considérables. Entre autres, on a dû diminuer le nombre d’intervenants au chevet des patients pour réduire l’exposition et le risque relié au coronavirus. On a rehaussé l’expertise des infirmières, on a ajouté de la robotique, on a changé le modèle de soins. On a aussi dû revoir notre façon de communiquer entre les professionnels de l’intérieur et de l’extérieur de la chambre, pour demeurer efficace avec un ÉPI complet.

Cindy, à droite, en train de démontrer le fonctionnement du robot de compressions thoraciques Lucas 3

C’est en regardant les pratiques régionales, nationales, et même internationales, que nous avons appris de leurs essais et erreurs. Nous avons ainsi construit, en équipe, une procédure qui évolue selon avec les informations changeantes, et les données qui deviennent disponibles presque quotidiennement.

Depuis deux semaines, nous avons débuté une série de simulations complètes de code bleu protégé.

C’est tout un défi, mais ça rapporte!

Cindy Miron et Tania Hélie-Berniquez

C’est aussi le sentiment du devoir accompli qui se fait sentir : « Nous sommes fières de vous! » s’exclame Vickie Lacroix, éducatrice clinique en chirurgie. « Excellent travail ! Incroyable! » ajoute Mélanie Smits, infirmière en prévention des infections. « C’est une expérience très enrichissante pour tous les membres de l’équipe, » dit Tania Hélie-Berniquez, infirmière aux Soins intensifs. « À poursuivre sur une base régulière! »

Comme le témoigne Jannick Langlais, facilitatrice de soins à l’Urgence, « l’amélioration de la prise en charge par l’équipe de soins est tellement grande, suite aux simulations. Félicitations! »

En effet, le plus grand mérite vous revient, à vous tous qui y avez contribué. Malgré votre charge de travail, vous étiez au rendez-vous en grand nombre. Vous avez partagé vos idées et vos commentaires. Merci d’avoir pris le temps et de vous avoir exposés à ce type d’apprentissage. C’est parfois complexe et intimidant, mais tellement gratifiant.

Vous êtes des champions!


Voyez également Cindy à l’oeuvre, dans ce reportage sur les ondes de Radio-Canada :

Cindy Miron
Cindy est éducatrice clinique pour l’Urgence et les Cliniques ambulatoires depuis 2014, et est très fière de faire partie de l’équipe Montfort depuis presque 20 ans. Si elle n’est pas en train de réfléchir à l’hôpital, elle concocte probablement quelque chose de délicieux, ou est à la course sur un terrain de soccer, dans un aréna, sur un terrain de tennis... avec un de quatre enfants.