Les SSCP : un atout pour une transition sécuritaire

1262

Le 15 février dernier, la sensibilisation à l’insuffisance cardiaque était à l’honneur. Plusieurs professionnels ont participé à un kiosque devant l’auditorium, où ils ont présenté des faits sur l’insuffisance cardiaque, ainsi que les processus en place pour la prise en charge des patients à l’interne. C’était aussi l’occasion de rencontrer l’équipe des Services de santé cardiovasculaire et pulmonaire (SSCP). D’ailleurs, connaissez-vous vraiment cette partie des Cliniques ambulatoires ?

À ne pas confondre avec l’unité de réadaptation du 4C, les SSCP sont situés au 2D et voient des patients ambulatoires. L’équipe interprofessionnelle y traite des conditions cardiaques et pulmonaires pour une période de 8 à 12 semaines, en offrant des séances d’activité physique et des sessions de formation sur les facteurs de risque, sur les signes et symptômes d’exacerbation, ainsi que sur les ressources nécessaires pour l’autogestion de son état de santé par le patient.

Nathalie Babineau est infirmière aux SSCP. En parlant de l’insuffisance cardiaque, elle explique que l’équipe « contribue à la transition sécuritaire des patients en communauté en renforçant l’enseignement qu’ils ont reçu durant leur hospitalisation ». Elle ajoute qu’ils peuvent « détecter les signes précoces d’une exacerbation et ainsi permettre de réduire les réadmissions ».

Soyez de ceux qui font bénéficier les patients de ces services. Référez-les!

Comment faire? Demandez une consultation SSCP au médecin traitant, puis faxez la requête au 613-748-4913. Vous pouvez aussi laisser un message au poste 4125. Les patients doivent répondre à des critères d’inclusion après leur congé de l’hôpital.

Article par Judith Makana, éducatrice clinique en médecine.

Judith Makana
Judith travaille à Montfort depuis 2008, d'abord comme infirmière et maintenant comme éducatrice clinique (en passant par aide-soignante, préposée et commis). Dans ses temps libres, Judith bouffe des films d'action (Jason! Jean-Claude!), après quoi elle retrouve le calme en allant marcher dans les rues de son quartier.