Installations : une belle gang de tannants

349
Julien Galarneau, Michel Simard, André DeMoors, George Lafleur, Luc Marion, Marcel Boisclair, Denis Gratton (chef d’équipe) et Robert Kalas.

Qui appelle-t-on si une serrure de porte est brisée? Si une ampoule ou des néons sont à changer? Si un avis d’eau non potable est lancé?

Vous avez bien deviné.

Ce sont les gars des installations que l’on appelle.

J’ai bien dit les « gars », parce que cette équipe est composée uniquement de grands tannants.

Nous avons voulu démystifier le mythe derrière cette équipe et apprendre à connaître leurs métiers davantage. Non seulement ils sont plus d’une quinzaine dans cette équipe, mais ils pratiquent aussi des métiers différents les uns des autres.

Certains sont électriciens, d’autres plombiers, menuisiers, etc. « Par exemple, moi je suis électricien et je n’hésite pas à donner un coup de main aux plombiers… C’est ça qui fait qu’on a du plaisir à faire ce que l’on fait », dit George.

Qu’est-ce qui vous différencie des gars en construction?

« À part la chemise bleue? Nous n’offrons pas le même service, » dit l’un d’entre eux. « Nous autres c’est plus de la maintenance, de l’entretien… On gossera pas la charpente icitte! On répare des meubles, ajuste les portes, fait des clés. On fait de tout! »

George Lafleur, Robert Kalas et Guy Trudel.

Nous les voyons souvent se promener, veiller au bon fonctionnement de l’hôpital, accomplir des tâches toutes aussi importantes les unes que les autres, mais que nous cachent ces travailleurs?

« On est aussi pires qu’une gang de mémères! » s’esclaffe George.

Mine de rien, ce sont eux qui s’assurent que l’eau coule des robinets, que les lumières allument lorsque l’on pousse l’interrupteur et que les portes ferment bien. Ils font une maintenance préventive chaque mois pour s’assurer que tout roule comme sur des roulettes dans l’hôpital.

L’équipe est aussi très diversifiée en ce qui a trait à l’ancienneté des employés. Certains sont à l’Hôpital Montfort depuis six mois, deux ans, 11 ans et même 25 ans! « Le doyen des doyens s’en vient », mentionne un des travailleurs. « 25 ans qu’il est ici. Lui y va t’en raconter des histoires. »

Christopher Roach, stagiaire avec l’équipe.

« Qu’est-ce qu’ils te racontent ces farceurs-là. Ça ne sera pas évident d’avoir du contenu ici avec des gars de même », rigole Denis Gratton. Parlant d’anecdotes, un des hommes raconte qu’une fois, il a dû fermer complètement l’eau des douches au 3C. « Le patient restait dans la douche, des journées de temps. Il laissait l’eau couler, toute la journée. Pour le sortir, il fallait que j’arrête l’eau. Il a fallu que je ferme les douches pour quasiment trois jours de temps, jusqu’à ce qu’il s’en remette » explique-t-il.

L’équipe a bien évidemment un peu de sang neuf, et ce, au plus grand plaisir des autres membres.

« Les nouveaux amènent une chimie différente. Une autre mentalité. Ce n’est pas comme les vieux de la vieille. Ils amènent un bagage extérieur et nous ont leur donne un bagage intérieur », rigole George.    ‍   

L’équipe en pleine action durant la période hivernale.

Ce qui est vraiment beau à voir, c’est la complicité qu’il y a entre chaque membre de l’équipe. Ils s’agacent, se taquinent, mais le plus important est qu’ils travaillent en harmonie.

« Moi, ce que je trouve spécial ici c’est quand il y a un vrai désastre. Quand il y a une urgence et que tout le monde travaille ensemble, c’est formidable de voir la chimie qu’il y a entre ces gens-là. Qu’est-ce que vous en pensez les gars? Peu importe le métier que l’on pratique, on finit par tous travailler les uns avec les autres pour rectifier la situation le plus vite possible », conclut George.

Méganne Leblond
Méganne est stagiaire avec l’équipe des communications à Montfort depuis 2019. Quand elle n’est pas en train d’écrire pour le Journal Montfort, elle est surement en train de s’informer sur les nouvelles du sport, de se cacher les yeux devant un film d’horreur, ou d’écouter en boucle les chansons de Fred Pellerin.