Une passion pour la santé mondiale

523
CInq jeunes étudiants en médecine debout
Zoé, Raphaël, Bridget, Melissa et Laurie, les étudiants du Stage international Bénin 2018

Laurie Jacques est étudiante en médecine à l’Université d’Ottawa et à Montfort. Elle partage avec nous son expérience en santé mondiale et auprès du Stage international Bénin.

En novembre, je ferai partie des cinq étudiants et résidents choisis pour participer à un stage international en Afrique avec une belle équipe de médecins et infirmières qui y sont déjà allés maintes fois. Ce voyage, d’une durée d’un mois, a lieu au Bénin, petit pays d’Afrique de l’ouest, méconnu, francophone et bordé par le Togo et le Nigéria.

Personnellement, ma passion pour la santé globale date de plusieurs années. J’ai une grande curiosité face aux pratiques médicales à travers le monde ainsi que pour les différentes cultures, et l’exposition à celles-ci m’apparaît crucial à la formation médicale.

Ce stage a lieu pour une 14e année de suite et est subventionné en partie par le Bureau des affaires francophones de l’Université d’Ottawa. Les étudiants soigneusement choisis sont ceux passionnés de santé mondiale, qui cherchent à comprendre les déterminants sociaux de la santé et à s’exposer aux enjeux auxquels font face les populations africaines.

Dans le passé, j’ai eu l’opportunité de faire des stages de santé globale très enrichissants en Tanzanie et au Pérou. Maintenant que j’ai acquis plusieurs connaissances médicales, il me semble instinctif de les mettre à profit au Bénin.

Durant ces quatre semaines à l’étranger, nous travaillerons de pair avec nos homologues béninois dans la capitale de Cotonou dans divers champs médicaux, puis nous nous dirigerons à Colli, un milieu rural, pour offrir des soins médicaux.

En une semaine, nous verrons près de 1000 patients, aurons distribué 500 moustiquaires et dispensés vitamines, antibiotiques et antalgiques : environ 20 000 comprimés D’ACÉTAMINOPHÈNE.

Voilà pourquoi l’un de nos nombreux buts avant notre départ est d’amasser des fonds afin de se procurer le plus de médicaments possibles pour donner à la population dans le besoin. Après tout, nous sommes souvent les seuls professionnels de la santé que cette population voit durant toute l’année.

Ces médicaments sont triés et assemblés par notre équipe dans plusieurs centaines de petits sacs faits de tissu recyclé. Nous cherchons également à recueillir des fonds pour offrir des moustiquaires aux familles, soit un moyen efficace et simple pour lutter contre le paludisme, qui est une maladie transmise par les moustiques et est la cause première de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans au Bénin.

Des adultes qui font des boîtes danns une salle
La préparation des sacs de médicaments

Par ailleurs, nous devons nous enrichir dans plusieurs domaines. Nous avons tous suivi une formation pré-départ qui nous sensibilise à l’éthique, aux enjeux de culture et de santé mondiale. Nous nous renseignons et apprenons sur différentes maladies tropicales auxquelles nous serons exposées et travaillons sur des sessions d’apprentissage que nous souhaitons offrir aux étudiants béninois pour faire un partage de connaissances.

Bref, notre agenda est occupé. Partir au Bénin compte plusieurs préparatifs. Je me rappelle être en première année de médecine et entendre parler du fameux stage annuel au Bénin. Dès lors, j’aspirais faire partie des participants au stage quatre ans plus tard. Je me considère très choyée d’avoir été choisie et je compte m’y investir à fond.

Nous vous invitons à nous encourager en faisant un don à travers notre page GoFundMe ou à travers le formulaire de don de l’Université d’Ottawa (Affection : Projet Bénin) – reçus d’impôts disponibles.


Les participants de cette année :

  • 4 étudiants en médecine : Melissa Govindaraju, Laurie Jacques, Bridget McDonald et Raphaël Rivière
  • 1 résidente en pédiatrie : Zoé Lazaris-Brunner
  • 6 médecins : Dr Nicolas Chagnon, Dre Marie-Hélène Chomienne, Dre Chantal Ferré, Dre Katherine Larivière, Dre Stéphanie Malherbe et Dr Luc Ranger
  • 2 infirmières : Christine Nadia-Compas et Gisèle Moungar
Laurie Jacques
Laurie s’est jointe à la famille Montfort en tant que bénévole lors de ses études au baccalauréat en 2012. Elle est maintenant étudiante externe en médecine à l’université d’Ottawa et a fait la plupart de ses stages à Montfort. Elle espère également poursuivre ses études en résidence parmi nous l’année prochaine. Dans son temps libre, bien que restreint cette année, elle aime cuisiner pour ses proches, prendre un café avec ses pairs et lire.