Le chien, meilleur ami du coureur

564
La première course du garçon de MCpl Lavoie et Cpl Ackaoui à l'âge de 3 ans et demi
La première course du garçon de MCpl Lavoie et Cpl Ackaoui à l'âge de 3 ans et demi

Avez-vous déjà entendu parler du cani-cross? Caporal Fabienne Ackaoui et son conjoint, Caporal-Chef Pier-Yves Lavoie, qui travaillent tous deux au Centre des services de santé des Forces canadiennes Ottawa, dans l’aile D de l’hôpital, nous expliquent leur passion pour ce sport méconnu.

« Le cani-cross, c’est en fait courir attaché à un chien. Ce n’est qu’un type de sport canin attelé parmi plusieurs autre, comme le ski, le vélo et la trottinette, qui peut se pratiquer à un seul chien contrairement au traîneau et au « kart » qui se pratique en équipe, » explique Fabienne. « Personnellement, je fais du ski de fond, de la course et du traîneau. Mon conjoint quant à lui, fait de la course, du vélo et du traîneau. On pratique ces sports depuis environ cinq ans. »

MCpl Lavoie en vélo avec un de ses chiens
MCpl Lavoie en vélo avec un de ses chiens

C’est grâce à leur première chienne husky, pendant leur affection à Québec, qu’ils ont découvert ce sport pour la première fois dans un parc à chien.

« C’est très populaire comme sport à Québec, il y a plusieurs clubs, » dit Fabienne. « En tant que militaires, on est très actifs au départ, mais ce sport nous permet de faire de l’exercice tout en ayant un aspect social et familial. »

Cpl Ackaoui à la course avec un de ses chiens
Caporal Fabienne Ackaoui à la course avec un de ses chiens

Le sport peut se pratiquer toute l’année, avec certaines variations. Par exemple, lorsque le thermomètre monte trop haut, ça peut être dangereux pour les chiens; il faudra donc diminuer la distance parcouru et s’assurer de bien rafraîchir et hydrater son chien, comme pour nous. Afin d’éviter de blesser les pattes des chiens, il est aussi important d’éviter l’asphalte, qui est dure et peut devenir très chaude, et de favoriser la course sur du gravier, dans la forêt, sur des chemins de terre, sur du gazon ou dans un sentier de neige tapée.

« Quand on est arrivés dans la région, il y a deux ans et demi, on s’est joint au groupe de la Petite-Nation, » ajoute Pier-Yves. « On fait surtout des sorties de course dans la Petite-Nation, à Val-des-Monts, dans les Montagnes Noires et à Low, mais cette année on espère continuer à développer des sentiers dans le parc de Gatineau et à Ottawa, bien sûr! Il y a différents lieux de départ selon les soirs de la semaine et on coordonne souvent les lieux de rencontre à travers notre groupe Facebook. »

Fabienne avec son chien et sa poussette
Fabienne avec son chien et sa poussette

L’idéal selon eux, c’est des groupes de 5 à 7 personnes pour débuter. Quand il y a plus de personnes, les chiens et leur excitation peut devenir plus difficile à gérer.

« N’importe quel chien peut faire des sports attelés, on a déjà vu des chiens aussi petits que des chihuahuas, » précise Fabienne. « Il suffit de pouvoir s’adapter aux capacités physiques du chien. C’est un échange entre le chien et son maître. Quand tu marches ton chien, c’est plus psychologique que physique pour lui. Il doit suivre ton pas, ne pas tirer sur la laisse, se rappeler de rester au pied et sur le trottoir, etc. Quand je cours avec mon malamute ou mes huskys, ils donnent toute leur énergie pour m’entrainer avec eux dans leur foulée. Le chien est motivé, il suit son rythme et il se concentre seulement vers l’avant à l’écoute de quelques directions de ma part de temps en temps. C’est un bon mode de vie pour le chien et ça permet de faire grandir la relation de confiance entre le chien et son maître. »

Les chiens plus réactifs portent un foulard jaune; c’est un signe qui aide à rapidement identifier un chien ayant besoin de plus d’espace. Par exemple, dans les dépassements, on va raccourcir la corde et empêcher son chien d’approcher l’autre lors du croisement. Dans les courses officielles, il y a des règlements plus stricts pour assurer la sécurité de tous.

Pour Fabienne et Pier-Yves, il y a plusieurs avantages à pratiquer ce sport. « C’est facile de dépenser l’énergie de ton chien. C’est adapté à tout le monde, tu n’as pas besoin d’être super actif. Ton chien peut même t’aider à monter des côtes. Tu as les mains libres pour ta poussette ou pour tes enfants. C’est une sortie sociale, tant pour les maîtres que pour les chiens. Et c’est un bon exercice! »

Plusieurs employés de Montfort pratiquent également ce sport.

« Ce qui m’a incité à ce sport est le travail d’équipe, » dit Marie-Josée Gunville, responsable de la paie au Service de la paie. « C’est beaucoup plus amusant s’entrainer en équipe que seule. Ceci crée également une belle complicité entre le maître et le chien, car le chien doit rester attentif aux instructions de son maître pendant la course. De ce fait, moi je me garde en forme, et je me retrouve avec des chiens calmes et obéissants. »

Marie-Josée Gunville avec ses chiens en traineau
Marie-Josée Gunville avec ses chiens en traineau

Pour Elisabelle Melançon, technicienne en Santé et sécurité au travail, « c’est le lien d’esprit d’équipe qui se fait avec tes chiens, c’est du temps de qualité avec eux, mais aussi un sport qui se pratique pratiquement n’importe où et qui te fait sortir aller courir malgré ta tête qui te dit ‘ahhh pas le temps avec la journée que j’ai eue’. »

Les chiens d'Elisabelle
Les chiens d’Elisabelle

Quels conseils ont-ils pour les débutants du sport?

  • Informez-vous et commencez avec quelqu’un qui en fait déjà
  • Procurez-vous le bon équipement pour ne pas vous blesser ni blesser votre chien
    • Pour le maître : une ceinture de traction avec une corde élastique pour absorber les chocs
    • Pour le chien : un harnais de traction
  • Commencez progressivement. On ne commence pas à courir avec un marathon, c’est la même chose pour le chien. Il faut respecter les capacités du chien.
  • Impliquez-vous en famille ou entre amis, tous les âges peuvent participer.
    • On peut courir avec une poussette.
    • On peut aussi courir en duo avec nos enfants : le chien est attaché à l’enfant et à l’adulte en même temps.

À travers le pays, et même au niveau international, il y a des groupes et des associations ainsi que des compétitions, tant en été qu’en hiver.


Pour en découvrir davantage sur les sports attelés, visitez ces liens vers des groupes de la région :

Gabrièle Caza-Levert
Gabrièle est conseillère avec l'équipe des communications à Montfort depuis 2013. Quand elle n'est pas en train d'écrire pour le Journal Montfort, vous pourrez surement la retrouver sur un terrain de volleyball ou de frisbee, dans la cuisine, à une réunion de famille/d'amis ou en chemin vers sa prochaine escapade.