Les ateliers d’art au PSM

256

par Camille Vinet, étudiante en journaliste au collège Algonquin

À l’Hôpital Montfort, de nombreux services sont offerts aux personnes ayant besoin d’un soutien en santé mentale dans un milieu axé sur le rétablissement.

Siobhán McSharry est une récréologue qui travaille au programme de santé mentale de Montfort depuis huit ans. Elle y propose aux patients diverses activités thérapeutiques qui les encouragent à échanger avec ceux qui les entourent, notamment des ateliers d’art.

Les ateliers d’art avec Siobhán ont lieu trois fois par semaine, à des moments différents de la journée, afin de tenir compte des préférences des participants.

Une variété de projets et de matériaux sont offerts. Par exemple, on trouve des livres à colorier pour adultes, avec des mandalas ou d’autres dessins plus simples, comme des animaux et autres. Des toiles vierges ou avec des images pré-dessinées sont disponibles pour les plus créatifs.

Il y a aussi la pyrogravure, qui consiste à « brûler » un motif spécifique dans le bois avec un outil, et des puzzles 3D en carton à assembler. Ces activités sont souvent préférées par les patients masculins, car elles sont plus manuelles.

La fabrication d’aimants et les collages sont d’autres activités proposées aux participants. Ils choisissent un thème, par exemple un objectif qu’ils veulent atteindre ou un endroit qu’ils aimeraient visiter, et font un collage avec des coupures de magazines pour l’illustrer cet objectif.

Le rôle de Siobhán est d’accompagner les patients dans leur cheminement vers la guérison et l’amélioration de leur santé mentale en leur offrant un environnement sûr et stimulant, où il n’y a ni jugement ni attentes.

Puzzle en 3D

Siobhán a remarqué divers impacts positifs sur les personnes avec lesquelles elle travaille et qui participent à ces activités.

« Toutes les activités sont volontaires », dit-elle. Elle explique que chaque activité a un impact différent sur les personnes. L’expérience est très individuelle, et toutes les activités touchent les participants de différentes manières.

Par exemple, elle dit avoir remarqué que ceux qui participent aux ateliers d’art ou à d’autres activités ont tendance à devenir moins déprimés, moins anxieux, et les a même amenés à réfléchir à la manière dont ils pourraient continuer à faire ce genre d’activités en dehors de l’établissement. Dans l’ensemble, cela aide les participants à se sentir mieux.

Un volet social se développe souvent dans les activités de groupe.

« Ils ne sont pas toujours dans l’état le plus heureux quand ils arrivent », explique Siobhán à propos des personnes qui arrivent au programme de santé mentale. Les activités proposées dans l’unité, notamment les ateliers d’art et de musique, créent un sentiment de communauté entre les patients, et les sorties en communauté contribuent à aider les patients dans leur processus de réintégration dans la société.

Selon Siobhán, il est très gratifiant d’entendre la reconnaissance et l’appréciation des anciens patients, et de les voir s’améliorer jour après jour.

Montfort a un « arbre de l’espoir », où les patients qui prennent leur congé laissent des messages aux futurs patients pour les encourager.

« Cela donne de l’espoir aux nouveaux arrivants ».

* Ce texte a été modifié des fins éditoriales.


Vous avez aimé cet article? Lisez L’arbre d’espoir au PSM, publié dans le Journal Montfort de décembre 2019.