Des étoiles de Montfort au congrès mondial du SIDIIEF

787
Groupes de personnes devant un écran annonçant une conférence future

L’Institut du Savoir Montfort et Hôpital Montfort seront respectivement grand partenaire et hôte du congrès mondial du SIDIIEF, le rendez-vous international par excellence de tous les spécialistes du domaine infirmier francophone, qui se tiendra à Ottawa du 16 au 20 octobre 2022.  

Cette occasion sera une opportunité pour certains professionnel.le.s de la santé exerçant à Montfort de faire des présentations sur des thématiques d’actualité. C’est dans ce cadre que nous sommes partis à la rencontre de Dre Marlène Mansour, Mwali Murray, France Morin, Claude Gaudert, Jocelyn Veillard et Anne Roberts.

Dre Marlène Mansour

Dre Marlène Mansour est interniste et intensiviste, cheffe du département de médecine à l’Hôpital Montfort et lead médical du programme de gestion des maladies chroniques au Carrefour santé d’Orléans.  

Militante du mouvement S.O.S Montfort alors qu’elle fréquentait encore les écoles catholiques francophones d’Ottawa, elle est motivée par la volonté incessante de pouvoir offrir son support à ses patients et leurs familles lorsqu’ils traversent un moment critique.  

Pourquoi avez-vous choisi cette vocation ?  

Dès un jeune âge, j’ai rencontré plusieurs professionnelles de la santé. Un membre de notre famille était atteint d’un cancer du cerveau et alors nous avons passé beaucoup de temps à l’hôpital pour enfants de l’est de l’Ontario. Sachant que je voulais travailler dans le domaine de la santé, j’ai commencé mes études postsecondaires en physiothérapie. Après trois ans, j’ai décidé de poursuivre mes études en médecine. Finalement, en médecine, j’ai réalisé que j’aime un peu de tout incluant la chirurgie. La médecine interne et les soins intensifs satisfont ma curiosité pour le diagnostic différentiel et mon désir de faire des procédures.  

Comment décririez-vous votre engagement vis-à-vis de la francophonie ? 

Depuis notre immigration au Canada, mes parents ont voulu que j’apprenne les deux langues officielles du pays. Pour ma mère, c’était surtout important que j’apprenne le français.  

Donc, j’ai fréquenté les écoles catholiques francophones d’Ottawa dans le quartier de l’Hôpital Montfort. À l’école, nous avons préparé des pancartes pour S.O.S Montfort avec notre enseignante.  

Lorsque vient le temps de poursuivre mes études postsecondaires, j’ai fait le choix de poursuivre mes études en français à l’Université d’Ottawa. C’est depuis l’école de médecine que je passe les corridors de l’Hôpital Montfort. Même lors de ma résidence à L’hôpital d’Ottawa, je suis revenue faire des électifs à Montfort.  

C’est à Montfort que j’ai eu mes petits et ils fréquentent maintenant les écoles catholiques francophones d’Ottawa aussi.  

Je m’engage tous les jours d’offrir les services cliniques en français, à développer des programmes spécialisés pour servir la population francophone de l’Ontario et d’enseigner à mes enfants l’importance de maintenir la langue et la culture. 

Quel sera le thème de votre présentation au SIDIIEF et pourquoi l’avez-vous choisi ?  

Nous mettrons l’accent sur l’innovation et la collaboration. En effet, au regard du contexte de crise actuel, force est de constater que les systèmes intégrés de santé à travers le monde en sont négativement impactés. Toutefois, cela représente aussi un terrain fertile pour l’agilité qui est une qualité nécessaire pour générer de nouvelles efficiences d’un système intégré à travers l’innovation et la collaboration. Ainsi, nous espérons à travers cette opportunité, optimiser le partage de connaissance à travers les systèmes et promouvoir la nécessité d’accorder une attention particulière à l’agilité au sein de ceux-ci.  

Professeure Mwali Muray, IA, BScInf, MBA, PhD 

Mwali Murray

Mwali Murray est professeure adjointe à l’École des sciences infirmières de l’Université d’Ottawa. En plus d’être infirmière autorisée depuis 2013, Mwali a aussi été éducatrice clinique à l’Institut du Savoir Montfort avant d’obtenir son Doctorat en sciences infirmières en janvier 2022. 

Pourquoi avez-vous choisi cette vocation ?   

J’aime travailler avec les gens, et cela me fait plaisir de voir le monde s’épanouir sur le plan de la santé. 

Comment décririez-vous votre engagement vis-à-vis de la francophonie ? 

La santé de la francophonie me tient à cœur. Ainsi, je tâche de servir ma communauté, autant sur le plan personnel, professionnel, et communautaire. Cet engouement façonne ma façon de travailler et d’être, tant comme infirmière dans un centre hospitalier francophone, comme professeure dans le cadre universitaire de la relève infirmière, comme chercheuse et militante pour la francophonie et la diversité, et même comme bénévole dans mon service envers la communauté franco-ontarienne. 

Quel sera le thème de votre présentation au SIDIIEF et pourquoi l’avez-vous choisi ? 

Ma présentation porte sur les communautés de langue officielle en situation minoritaire en Ontario, dans le but de comprendre les expériences vécues des patients francophones et de leurs fournisseurs de soins infirmiers. Les problématiques auxquelles cette communauté est confrontée m’ont tant fasciné que j’ai rédigé ma thèse doctorale à ce sujet. J’espère ainsi pouvoir profiter de cette occasion pour partager notre intérêt et notre passion avec des collègues qui souhaitent, eux aussi, voir une francophonie dynamique, vibrante et en santé. 

France Morin, IA, BScnnf, MSclnf 

Femme qui sourit devant un mur vert
France Morin

Infirmière autorisée depuis 26 ans, France Morin est directrice clinique à l’Hôpital Montfort. Pour elle, le SIDIIEF est une formidable occasion d’être inspirée par des innovations à implémenter dans notre milieu de travail, ainsi que de partager des connaissances au sujet de thématiques telles que la périnatalité et la télésurveillance/télémédecine.  

Pourquoi avez-vous choisi cette vocation ?  

Depuis un jeune âge, j’ai toujours aimé prendre soin des gens, à être là pour eux. Faire partie d’une équipe interdisciplinaire a aussi suscité mon intérêt pour profession. De plus, ma mère était infirmière et elle aimait beaucoup son travail.  

Comment décririez-vous votre engagement vis-à-vis de la francophonie ? 

Mon engagement pour la francophonie vient du fait que je suis franco-ontarienne et que j’ai fait toutes mes études en français. Aussi, en tant qu’employée à l’Hôpital Montfort qui est l’hôpital universitaire francophone de l’Ontario, nous avons la chance de faire partie d’un écosystème où Montfort et ses partenaires principaux, préparent la relève en santé en français. 

Quel sera le thème de votre présentation au SIDIIEF et pourquoi l’avez-vous choisi ? 

Nous exposerons sur la « Transition sécuritaire vers la communauté des patientes ayant accouchées par césarienne ». Nous aimerions partager les résultats d’un programme de télésurveillance qui a connu beaucoup de succès. Ce fut un travail collaboratif entre l’Hôpital Montfort et les bureaux de santé publique.  

Claude Gaudert 

Claude Gaudert

Claude Gaudert a débuté sa carrière en 1998 et est infirmière de formation. Aujourd’hui coordonnatrice de l’enseignement volet infirmier à l’Institut du Savoir Montfort, elle est motivée par un désir d’aider et de faire la promotion de la santé auprès de sa communauté.  

Comment décririez-vous votre engagement dans la francophonie ? 

En tant que francophone de l’est de l’Ontario, je prends à cœur la formation des futures infirmières francophones et je suis investie dans leur réussite. Je sens un sens de devoir de faire tout ce qui est possible pour faciliter l’accès à des stages qui leur permettront de pouvoir œuvrer à leur tour au bénéfice de notre communauté francophone. 

Quel sera le thème de votre présentation au SIDIIEF et pourquoi l’avez-vous choisi ? 

Nous avons choisi de partager nos connaissances sur la préparation des étudiants infirmiers internationaux au contexte canadien. Le choix du thème est né d’un besoin de formation que ces étudiants exprimaient au terme de leur stage. Les résultats de la recherche qui sera présentée au congrès ont été obtenus dans le cadre d’une étude effectuée en utilisant la simulation virtuelle. Nous sommes ainsi ravies de partager nos résultats et d’échanger avec une communauté francophone internationale afin de rester à l’affût des nouvelles tendances et enjeux mondiaux en soins infirmiers. 

Jocelyn Veillard, IA, BSc.Inf, MSP/RN, BScN, MPH 

Jocelyn Veillard

Jocelyn Veillard est directeur clinique du programme de santé mentale et psychologie de la santé à Montfort. Ancien chirurgien-dentiste en Haïti, Dr Jocelyn Veillard exerce au Canada depuis maintenant 11 ans.  

Jocelyn Veillard est directeur clinique du programme de santé mentale et psychologie de la santé à Montfort. Ancien chirurgien-dentiste en Haïti, Dr Jocelyn Veillard exerce au Canada depuis maintenant 11 ans.  

Pourquoi avez-vous choisi cette vocation ?  

Ce domaine a toujours été une passion pour moi. J’ai toujours souhaité pouvoir faire une différence dans la santé des gens, c’est pour cette raison qu’une fois au Canada, j’ai continué dans le domaine de la santé. 

Comment décririez-vous votre engagement vis-à-vis de la francophonie ? 

Pour moi, c’est une façon de pouvoir réunir toutes les personnes qui parlent le français et de pouvoir offrir des soins à ces communautés qui vivent en situation de minoritaire. 

Quel sera le thème de votre présentation au SIDIIEF et pourquoi l’avez-vous choisi ? 

Pour cette occasion, nous avons décidé de faire la promotion du projet « Télésanté Montfort : modèle de soins de santé mentale en étapes pour les francophones de l’Ontario”.  

Cette initiative permettra de combler des lacunes en matière de soins de santé souvent non accessibles aux francophones en milieu minoritaire, ce qui pourra améliorer l’accessibilité aux soins de santé mentale communautaires. Nous avons hâte de faire la promotion de ce projet mais aussi de pouvoir rencontrer des gens, apprendre des autres, comprendre ce qui se fait ailleurs.  

Sara Leblond 

Sara Leblond

Sara Leblond est directrice de la planification, transformation et planification à Montfort. Infirmière depuis maintenant 22 ans, elle a à cœur de contribuer à l’amélioration du milieu de travail de ses collègues au profit des patients.  

Pourquoi avez-vous choisi cette vocation ? 

C’est un privilège de pouvoir être prêt et d’aider les personnes les plus vulnérables parfois à leurs moments les plus difficiles. Dans un rôle administratif, le rôle de l’infirmière est de supporter indirectement les meilleures pratiques tant au niveau de la gestion qu’au niveau des soins et processus cliniques. 

Comment décririez-vous votre engagement vis-à-vis de la francophonie ? 

Je suis Québécoise, mais je vis en Ontario depuis 2007. Fière maman de deux Franco-Ontariennes qui sont nées à l’Hôpital Montfort, j’éduque mes filles en français dans un milieu anglophone. Je trouve qu’il est important de partager l’amour du français avec elles et notre entourage. 

Quel sera le thème de votre présentation au SIDIIEF et pourquoi l’avez-vous choisi ? 

J’aborderai le sujet concernant les modèles de gestion pour soutenir les équipes soignantes. Je veux tout faire pour créer un milieu de travail empreint de bien-être dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre. Donc, soutenir les gestionnaires afin de mieux soutenir le personnel clinique. De plus, le SIDIIEF est une belle occasion d’en apprendre davantage sur les méthodes novatrices. Cela n’est pas un facteur négligeable lorsqu’il s’agit de fidélisation des professionnel.le.s de la santé.   

Chantal Chabot 

Depuis l’obtention de son diplôme en 1994, Chantal Chabot est infirmière praticienne en soins de santé primaires. Cette vocation lui est venue du désir de faire une différence dans la vie des gens et de les aider. Fière franco-ontarienne, c’est un privilège pour elle de servir les gens de sa communauté dans leur langue maternelle. 

Quel sera le thème de votre présentation au SIDIIEF et pourquoi l’avez-vous choisi ? 

Nous allons explorer l’impact du modèle ortho-gériatrique de Montfort sur la qualité des soins post-chirurgicaux.  Ce sujet touche directement à ma pratique et c’est important de partager ce que nous faisons en espérant que ça puisse inspirer d’autres organisations à faire les choses différemment. 

Quelles sont vos attentes pour cette conférence ? 

C’est la première fois que je vais participer à une conférence du SIDIIEF – je suis très excitée de rencontrer et partager avec des collègues des quatre coins du monde ! 

Anne Roberts 

Anne Roberts

Anne Roberts est infirmière depuis 33 ans et se spécialise dans les soins palliatifs depuis 18 ans. Ayant travaillé principalement en oncologie et en hématologie pendant les premières années de sa carrière, elle a été exposée très tôt aux réalités de la fin de vie.  

Anne Roberts est infirmière depuis 33 ans et se spécialise dans les soins palliatifs depuis 18 ans. Ayant travaillé principalement en oncologie et en hématologie pendant les premières années de sa carrière, elle a été exposée très tôt aux réalités de la fin de vie.  

Pourquoi avez-vous choisi cette vocation ? 

C’est un domaine qui attire les travailleurs de la santé parce qu’il englobe tout ce qui est humain et probablement aussi en raison d’une certaine curiosité. J’ai été encouragé par mes collègues de poursuivre les soins palliatifs. Je suis très reconnaissante aujourd’hui et j’adore mon métier. 

Comment décririez-vous votre engagement vis-à-vis de la francophonie ? 

Je travaille à l’Hôpital Montfort où la francophonie est célébrée et valorisée, non seulement par les employés, mais aussi par la clientèle. Cette une communauté très fière. Dans nos rôles, nous défendons les besoins uniques des francophones. 

Quel sera le thème de votre présentation au SIDIIEF et pourquoi l’avez-vous choisi ? 

Nous aborderons le sujet des « Soins de fin de vie en milieu hospitalier ; validation des ordonnances standardisées », qui est un suivi à ma présentation en 2015. En 2015, notre projet n’était pas réalisé encore. Sept ans plus tard, je peux partager l’expérience et les résultats de notre recherche. C’était un succès ! 


Pendant quatre jours, le huitième congrès du SIDIIEF se tiendra à Ottawa et mettra en vedette près de 1500 médecins, infirmières et coordinateurs de formation issues d’une trentaine de pays de la francophonie. Ayant pour thème cette année « Créer de la santé : la force du savoir infirmier », cette édition mettra l’accent sur l’expertise infirmière et sa contribution à l’amélioration de la santé de la population, mais abordera aussi d’autres sujets tout aussi excitants comme nous en informent nos professionnel.le.s de la santé.  Cet événement est à ne pas manquer !  

Pour vous inscrire au SIDIIEF, veuillez-vous rendre au https://congres.sidiief.org/inscription/  

Emiliano est agent de communication à l’Institut du Savoir Montfort depuis septembre 2021. Quand il n’est pas en train d’écrire pour le Journal Montfort, il est surement en train de regarder un documentaire. Il adore lire et voyager.