Le Carrefour accueille ses premiers clients

561

Après des années de planification, le Carrefour santé d’Orléans a accueilli son premier client le matin du jeudi 24 juin.

La journée a commencé tranquillement puisque tous les services ne sont pas offerts dès le premier jour. Autour du Carrefour, des ouvriers finalisaient l’aménagement paysager; à l’intérieur, on continuait à installer de l’équipement informatique et autre. Oui, comme on peut s’y attendre il y avait des petits pépins à régler, mais tous – membres du personnel, les clients et leurs accompagnateurs – étaient très heureux de découvrir enfin le Carrefour.

« C’est beau, c’est clair, il y a du soleil, la bâtisse est moderne… »

Yves Geoffroy, bénévole

« Pour beaucoup de gens, venir faire ses traitements en physiothérapie au Carrefour, ça veut dire ne pas entrer dans un hôpital, ne pas de risquer d’attraper quoi que ce soit… Je pense que de séparer les départements qui peuvent être à l’extérieur d’un hôpital, c’est le futur pour ce genre de service. En étant en communauté, on est plus centré sur le patient. En plus l’édifice est spectaculaire, très attrayant! » – Nicolas Genest, assistant physiothérapeute

« Après de nombreuses années de planification et de nombreuses nuits tardives de mise en œuvre, le jour de l’ouverture enfin arrivé! » s’est exclamé Ken McVey, directeur des technologies de l’information et qui habite à Orléans depuis 20 ans. « C’est un Carrefour de soins collaboratifs conçu pour les patients et clients de l’est Ontario. C’est excitant aussi de voir la nouvelle technologie en action. »

Dr Leduc et des membres de l’équipe accueillent l’une des premières clientes du Carrefour, le matin du 24 juin.

Une dame, qui s’est présentée comme « la première patiente pour les rayons-X », a souligné que les gens ont été très gentils et que la gestionnaire avait répondu à toutes ses questions.

« Pour moi, l’ouverture du Carrefour, ça veut dire enfin un retour des bénévoles… Ils sont vraiment contents, même si c’est tranquille aujourd’hui, ils voient qu’il y a une lumière au bout du tunnel… Je ne sais pas en quelle année on a acheté le terrain mais ça fait des années qu’on en parle. Je me rappelle de discussions… on parlait de mettre des porte-tournante et les bénévoles ont recommandé de ne pas faire ça – ils savaient que c’était tellement froid dans l’entrée principale de Montfort ! Après des années de planification et de travail, c’est le fun de voir ça! » – Rémi Dumais, gestionnaire

En effet, un petit groupe de bénévoles étaient présents à l’accueil du Carrefour le matin de l’ouverture. Ils n’étaient pas très occupés – il y avait parfois plus de bénévoles que de clients! – mais ils étaient très heureux de reprendre le bénévolat.

Le bénévole André Lefort trouvait que c’est « 100 fois plus achalandé à Montfort! » mais son compagnon Yves Geoffroy a immédiatement ajouté que ça sera plus facile de diriger les clients vers leur point d’inscription, puisque tout les locaux sont sur un même étage et les divers secteurs sont clairement indiqués.

Christelle Pomainville-Cléroux, gestionnaire du Centre des ressources de l’est d’Ottawa (CREO), a raconté que dès le matin de l’ouverture, « on a vu la vision du Carrefour prendre forme! » En effet, une dame, qui était venue pour des services de réadaptation, a identifié des besoins de services à domicile pour ses parents en discutant avec son thérapeute, qui l’a référée à la CREO. La dame a immédiatement pu obtenir une évaluation des services qui pourraient être offerts à ses parents et elle.

Lorsqu’elle a entendu l’anecdote, Mélanie Potvin, directrice du Carrefour, s’est exclamée « Ça me donne des frissons! »

En effet, cette anecdote décrivant un organisme centré sur les besoins de la personne, c’est la concrétisation de notre vision pour le Carrefour santé d’Orléans.

Un grand bravo à toute l’équipe qui a travaillé d’arrache-pied à préparer ce projet, et bonne chance aux pionniers qui ont commencé à y voir des clients !

Geneviève Picard
Geneviève est directrice de l'équipe des communications à Montfort depuis 2014. Quand elle n'est pas en train d'écrire pour le Journal Montfort, elle est maniaque de lecture, adore le yoga, vient travailler en vélo mais seulement quand il fait beau, et ne fait jamais, jamais la cuisine.