Je suis noir (la suite)

448

Sur la même lancée de mon témoignage du Mois de l’histoire des Noirs, je voulais revenir sur le dernier paragraphe qui parlait du choix que l’homme a. Évidemment, nous avons fait le nôtre qui est celui d’avancer pour combattre le racisme au sein de nous.

Nous aurions pu rester là à égrener nos chapelets, à réciter le « Je vous salue Marie » à réciter le « Notre père qui est aux cieux » pour que nos malheurs disparaissent, mais nous avons choisi d’avancer. Est-ce que ce n’est pas la Bible qui nous enseigne « Aide-toi et le ciel t’aidera », c’est exactement ça que nous faisons.

Ainsi, pour y arriver, il faut commencer par rêver puisqu’en psychanalyse on dit que les rêves permettent de comprendre certaines incohérences de la vie réelle et d’y remédier. Ainsi Kim Mc Millen écrit : « N’étouffe pas tes rêves. Ne pas avoir de rêve, c’est être sans espoir; et être sans espoir c’est errer sans but. »

Ainsi, c’est sain de rêver.  Pourquoi rêver?

Je rêve parce que personne n’a accès à mon rêve
Je rêve parce que mon rêve n’est pas ton rêve
Tu rêves parce que ton rêve n’est pas son rêve
Il rêve parce que son rêve n’est pas notre rêve
Je rêve parce que je refuse de me résigner à mon sort.
Oh, parait-il que tout le monde rêve!
Si nous rêvons tous, alors nous pouvons oser espérer.

J’espère qu’un jour je serai reconnu pour mes valeurs et non pas pour faire partie des statistiques.
J’espère qu’un jour mes enfants, vos enfants n’auront pas à faire le même exercice que nous sommes en train de faire maintenant.
J’espère qu’un jour que j’aurai droit aux mêmes opportunités que tout le monde.
Ainsi j’espère, j’espère et j’espère et je continue d’espérer puisqu’on dit que l’espoir fait vivre.
J’espère mais cela ne veut pas dire que je me résigne.

Le cynisme peut porter même certains grands philosophes à prêcher la résignation si l’on tient compte de cette citation « Je me résigne de n’avoir pas de souliers à l’idée des hommes qui n’ont pas de pieds ». Le malheur des uns peut être une source de résignation pour d’autres.

Il est vrai qu’il y a beaucoup de gens d’ici et d’ailleurs qui aimeraient être à notre place, mais cela ne devrait pas nous enlever le droit de vouloir être à la même place ou même à la place d’autrui.

Pour finir, nous allons nous laisser avec la citation de Jean Jacques Rousseau au 16e siècle. « L’homme est naturellement bon mais la société l’a corrompu. »

Ainsi, utilisons cette bonté pour faire front commun contre l’ignorance, le racisme, l’individualisme.

Naviguons ensemble dans ces eaux troubles de l’intolérance et quand nous serons arrivés à destination, je te regarderai dans les yeux et tu me regarderas dans les yeux et nous nous dirons haut et fort :

Nous avons réussi.

Pierre Mercy
Pierre est infirmier auxiliaire à Montfort depuis 2006. Reconnu pour son entre-gens par tous ceux qui le connaissent, il adore l’été ; parce que quand il ne travaille pas, il passe son temps dans ses platebandes – qui sont l’attraction du voisinage !