Les techniciens sont au cœur de notre équipe de pharmacie, mais en quoi consiste leur travail, au juste ? Nous avons rencontré Jacinthe, Sylvie et Justin pour faire la lumière sur leur rôle, parfois méconnu.

Qu’aimeriez-vous que l’on sache de votre travail ?

« Bien des gens pensent que l’on compte des pilules – et c’est vrai – mais c’est beaucoup plus que ça ! » dit Jacinthe Ladouceur, technicienne en pharmacie à Montfort. « Il faut être très polyvalent », ajoute-t-elle. « Il y a toutes sortes de tâches, pour tout le monde. » De l’entrée d’ordonnance à la préparation de doses de médicaments, à la gestion d’un robot ensacheur, en passant par des interactions avec les patients dans une foule de secteurs de l’hôpital, nos techniciennes en pharmacie touchent à tout, et surtout, ne chôment pas !

Est-ce que c’est tout ? Bien sûr que non !

« En préadmission, on rencontre les patients pour préparer leur “home meds”. À l’Urgence, on travaille avec le médecin qui admet les patients à l’étage », explique Jacinthe. « On fait des livraisons de narcotiques et de médicaments de réserve, on assure la rotation des stocks… »

Émilie Villeneuve et Josianne Pitre, techniciennes en pharmacie

Une équipe s’occupe aussi de faire des commandes, 5 jours sur 7, pour que la pharmacie ne manque de rien et que nos patients reçoivent les médicaments dont ils ont besoin. « C’est important, surtout dans un contexte où il y a souvent des ruptures de stock », précise Jacinthe. C’est là que nos techniciennes dénichent des solutions, des alternatives, pour assurer la continuité des soins. « On fait des préparations IV, des solutés, des préparations spécifiques selon les besoins des patients », ajoute-t-elle.

« C’est tellement différent du communautaire ! »

Jacinthe Ladouceur

À Montfort, on est une équipe d’environ 35 techniciennes, dont une vingtaine à la fois sur place. « Je dis souvent que ce n’est pas un hasard qu’on soit au sous-sol… c’est pour supporter l’hôpital », illustre Jacinthe. « On est comme le canard qui a l’air bien tranquille, mais sous l’eau, il pédale vite ! »

Quel est votre parcours ?

Quel chemin faut-il suivre pour devenir technicien en pharmacie ?

« Moi, ça fait 25 ans que je suis ici. » Pour Sylvie Lautru, le domaine de la santé a toujours été intéressant. « J’ai été embauchée ici après avoir fait mon cours d’assistante (en pharmacie) », explique-t-elle. « Le milieu hospitalier m’a beaucoup attiré à cause de la variété, et il y a six ans, j’ai fait la transition pour devenir technicienne. J’ai eu ma licence de l’ordre (des pharmaciens). »

Alors, il y a des assistantes et des techniciennes ? C’est exact, et ce sont deux rôles tout aussi essentiels, mais surtout complémentaires. « Il y a des techniciens et des assistants dans tous les milieux », raconte Jacinthe. « Les techniciens ont un plus grand champ de pratique. »

Justin Gagnon, technicien en pharmacie

Après avoir complété un programme collégial d’assistant en pharmacie, il faut encore réussir les examens de l’ordre des pharmaciens pour obtenir une licence et devenir technicien en pharmacie. À Montfort, les gens qu’on embauche comme assistants passent normalement les examens pour devenir techniciens dans l’année qui suit.

À quoi ressemble une journée typique ?

« Il n’y a pas une journée pareille. On touche vraiment à tout », dit Jacinthe. « Je trouve ça très valorisant de pouvoir travailler avec les médecins, de savoir que le patient aura tout ce dont il a besoin, de faciliter son retour à la maison. On ne s’occupe pas directement du patient, mais indirectement on a un grand impact. »

« On se promène partout. On n’a pas le temps de s’ennuyer, On ne voit pas le temps passer. »

Sylvie Lautru

« On voit les patients en préadmission surtout en virtuel présentement, mais on voit aussi des patients en personne, comme à l’Urgence », ajoute-t-elle. « Il faut mettre notre visière, nos lunettes, notre jaquette… on va dans l’intimité des gens. C’est dans ces moments-là que j’ai vraiment l’impression d’apporter quelque chose d’important à nos patients. »

« On est présents en santé mentale, en chirurgie, en gériatrie… dans le fond, chaque patient qui est admis à l’hôpital devrait rencontrer un technicien en pharmacie et un pharmacien », explique-t-elle. « C’est notre rôle de s’assurer que les médicaments qu’ils prennent sont correctement remplis. On révise toutes les ordonnances pour les médicaments que les patients prennent à la maison, et on fait des changements au besoin. »

« C’est valorisant de faire partie de l’équipe de soins du patient ! »

Sylvie Lautru

« C’est un poste où on apprend chaque jour, » dit Jacinthe. « Ça nous permet de beaucoup mieux connaitre les médicaments qui existent, à quoi ils servent, ce qu’ils peuvent avoir comme effet… on est un peu comme des détectives de médicaments ! »

Avez-vous des projets de fond ?

« Plein de projets ! » s’exclame Sylvie. « Le remplacement des chariots de médicaments, les ordonnances électroniques, la rénovation de notre salle stérile… » Nos techniciennes sont effectivement impliquées dans une multitude d’initiatives – améliorations techniques, projets stratégiques, toujours dans le but de s’améliorer et d’être au fait des meilleures pratiques.

Katherine Lorrain-Strebe et Jacinthe Ladouceur, techniciennes en pharmacie

L’implication de nos techniciennes dans des projets se base sur les forces des gens. « On a des experts dans certains sujets, même si on est polyvalents », explique-t-elle. « Chaque expert va apporter un peu plus pour chaque projet. »

« Avec la technologie, il y a toujours des changements en pharmacie », ajoute Jacinthe. « Ça fait 14 ans que je suis ici et ça avance continuellement, pour le mieux. »

De quoi êtes-vous le plus fier ?

« Je suis fière d’être encore ici, ça va faire 15 ans l’an prochain », dit Jacinthe, en souriant. « Je suis agréablement surprise de tout le progrès qu’il y a eu au fil des ans. »

« Je suis fière de travailler avec l’équipe qu’on a. La chimie est incroyable. »

Jacinthe Ladouceur

« Oui, il y a vraiment un bon support », ajoute Sylvie. « Ce n’est pas quelque chose qu’on voit partout. » D’ailleurs, les étudiants qui font un stage à la pharmacie en témoignent, comme le rapporte Jacinthe : « l’équipe est vraiment incroyable, tout le monde est tellement gentil. »

« C’est une fierté pour moi de travailler pour une équipe comme ça et de donner le goût aux gens de venir faire la même chose que nous, » conclut-elle.


Devenir technicien en pharmacie vous intéresse?

Renseignez-vous au sujet du programme d’études collégiales Techniques pharmaceutiques, offert au Collège La Cité.


Vous avez aimé cet article? Lisez également La pharmacie, au coeur de la pandémie, publié en juin 2020.

Martin Sauvé
Martin est conseiller avec l'équipe des communications à Montfort depuis 2014. Quand il n'est pas en train d'écrire pour le Journal Montfort, il est surement en train de visionner en rafale une série sur Netflix, ou d'explorer un quartier branché de la ville – ici ou ailleurs...