Remerciement d’une patiente (traduit de l’anglais)

260
Merci du fond du coeur

J’ai eu récemment l’expérience de devoir utiliser les services de l’Hôpital Montfort. J’ai subi une blessure et malgré mes efforts pour rester en dehors du système et utiliser mon médecin de famille, la douleur est devenue si intense que j’ai dû me rendre à l’urgence.

Dès mon arrivée et jusqu’à mon congé quelques jours plus tard, j’ai été traitée avec attention, compassion et de dignité. De l’homme charmant qui a vidé mes poubelles et m’a trouvé un oreiller juste parce qu’il avait remarqué que j’avais l’air mal à l’aise, aux chirurgiens, au personnel de laboratoire et à un gestionnaire de la sécurité qui sont passés et ont pris le temps de ralentir, de sourire et de me montrer un moment de compassion, je me suis sentie comme si j’étais chez moi.

Je précise que l’anglais est ma langue maternelle ET que je suis infirmière en soins intensifs dans un autre établissement.

J’ai été une patiente dans mes propres établissements et je dirai en toute honnêteté que je ne me suis jamais sentie aussi bien traitée. Il n’y a pas eu une seule fois où je me suis excusée sans que quelqu’un me réponde immédiatement « Oh, pourquoi êtes-vous désolée ? Nous ( ou moi) sommes tellement désolés que vous traversiez cette épreuve » OU « que j’aurais pu le faire de façon moins douloureuse ».

Pendant une période où j’avais peur, où je ne pouvais avoir ni visiteurs ni mon mari à cause des restrictions liées à la COVID-19 et où j’ai dû subir et subir une opération d’urgence et des jours de convalescence par moi-même,

je ne me suis jamais sentie seule.

Des membres de la direction sont venus me rencontrer, je ne me suis jamais vraiment sentie en insécurité ou effrayée par l’exposition à la COVID et j’ai reçu plus d’informations que je pouvais me rappeler!

L’importance des soins était aussi grande que la cohérence, la clarté, l’honnêteté et la responsabilité des informations. On ne m’a rien dit qui n’était pas absolument vrai, jusqu’au temps avant qu’un médecin vienne me voir, ou une infirmière serait là pour m’aider. S’ils disaient 15 minutes, c’était 14 (à chaque fois !!!).

Je comprends évidemment parfaitement les défis de la gestion du temps dans le milieu hospitalier, mais c’était extraordinaire.

Un merci tout particulier au personnel des urgences qui a fait des pieds et des mains pour essayer de contrôler ma douleur incontrôlable, à un porteur (j’aimerais me souvenir de votre nom, vous m’avez tenu la main que je pleurais et j’avais seulement besoin d’une main réconfortante alors que vous m’emmeniez en pré-op, j’étais si effrayée qu’aucun membre de ma famille n’était autorisée à entrer… vous n’avez pas dit un mot, juste hoché la tête pour être sûr que j’étais bien avant de lâcher prise), à l’équipe du bloc opératoire qui a ri et a essayé de me faire sourire malgré ma douleur et de me calmer par la suite, et la personne qui m’a accueillie sur l’étage.

Fabrice a répondu à toutes mes sonneries par un sourire (et je l’ai fait courir ce soir-là) et m’a ainsi gentiment aidé pour ce qui peut sembler une petite chose mais a pris le temps de me placer les cheveux sans jamais me faire sentir frivole ni vaniteuse en le demandant. Sa gentillesse a été remarquable et j’espère seulement avoir dit merci suffisamment.

J’aimerais me souvenir de tous leurs noms. À la fin, cette gentillesse et cette compassion, ce que tous les hôpitaux cherchent à faire mais n’accomplissent pas tous complètement, n’était pas hors norme. Je l’ai ressenti partout. Tous méritent d’être remercié et j’ai l’intention de continuer à faire connaitre mon opinion et mon expérience.

Mes compliments et ma gratitude absolus pour les soins remarquables que j’ai reçus dans des moments extraordinaires.

Vous êtes les héros que tout le monde devrait connaître !