Innovations et travail d’équipe à l’Urgence

687

Chaque jour, chaque nuit, des centaines de personnes se présentent à l’Urgence de Montfort. Que les patients arrivent par eux-mêmes ou en ambulance, que ce soit pour une fracture ou une crise cardiaque, l’équipe de l’Urgence accueille, évalue, et traite autour de 50 000 personnes par année. Plus récemment, l’équipe de l’Urgence a réinventé le modèle de soins pour fonctionner malgré des défis en matière de personnel. Découvrez « le nouveau modèle » de notre Urgence.

Quelques travailleurs de la santé, masqués, travaillant à l'ordinateur
L’équipe du pod de la zone verte

Au printemps 2022, après deux ans de pandémie, la situation était rendue très délicate à l’Urgence de Montfort. 

Quand le mois d’avril est arrivé, avec une nouvelle vague de COVID-19, chaque jour cinq ou six personnes de l’Urgence se retrouvaient en isolation à la maison. La situation a escaladé au point où l’Urgence manquait vraiment de personnel, avec jusqu’à 25-30 postes vacants.

« Le personnel a pris des quarts de travail de plus pour permettre d’offrir des soins sécuritaires durant les fins de semaine. Ce sont des sacrifices personnels qu’ils ont accepté de faire pour les patients et leurs collègues, » se souvient Dr Francis Dubé, chef du département de l’Urgence.

Mais la situation n’était pas soutenable. Le chef de la pratique infirmière par intérim, François Lemaire, avait déjà exploré le modèle de soins collaboratifs et interdisciplinaires dans un autre hôpital, et il a eu l’idée de lancer une approche semblable à l’Urgence de Montfort.

Le plan était d’aller chercher des infirmières au bloc opératoire, aux cliniques spécialisées, etc., et de les transférer temporairement à l’Urgence; de former les personnes, mettre le modèle en place, faire des rencontres Lean, de demander leur opinion aux membres de l’équipe. À la fin juin, le nouveau modèle de soins a été lancé.

Ce qui est remarquable, c’est que c’est notre personnel, et nos médecins, qui ont créé le nouveau modèle à l’urgence.

Les « pods », c’est quoi?

En anglais, un « pod » fait référence à une unité détachable ou autonome, ayant une fonction particulière. En français, on pourrait parler d’une « nacelle » ou d’une « section », mais le mot n’est pas aussi évocateur qu’en anglais.

Par exemple, avant la création des « pods », il y avait deux infirmières autorisées au triage de l’Urgence. Maintenant, on y retrouve deux infirmières autorisées, une infirmière auxiliaire et un thérapeute respiratoire. À certaines heures, un médecin s’ajoute.

Aussi, les médecins travaillent en équipe. Chaque pod est une petite équipe de quatre ou cinq personnes qui travaillent ensemble. Chaque pod a une spécialité. Une pour la zone verte, une pour le triage. Et deux zones en arrière : réanimation/ambulance, et l’observation.

« On a séparé la salle d’urgence, c’est comme si on avait fait quatre mini-urgences, quatre zones distinctes », explique Valérie Dubois-Desroches, directrice de l’Urgence.

Le nouveau modèle permet beaucoup plus d’efficacité dans le fonctionnement de l’Urgence. Selon Patrice Lampron, gestionnaire, les membres de l’équipe trouvent que « nous nous cherchons moins » et que « c’est plus facile toujours s’adresser au même médecin. »

« Les médecins ont embarqué – sans leur appui, le modèle n’aura pas pu fonctionner », soutient Martine Potvin, nouvelle cheffe de la pratique infirmière. « Ensuite, c’est le travail des IA, IAA, thérapeutes respiratoires, des commis qui a été le plus changé. Même nos aides-soignantes et nos infirmières HFO ont un rôle à jouer. Tout le monde dans l’hôpital a eu à cœur que le projet fonctionne. Le laboratoire, la pharmacie, les commis d’accueil, l’équipe Lean, les communications… tout le monde a contribué. »

Des obstacles malgré tout

Le nouveau modèle contribue aussi à notre mandat d’hôpital universitaire : un projet de recherche est en cours, ainsi qu’une revue de littérature et on a fait une demande de subvention avec l’Institut du Savoir Montfort pour documenter le modèle de soins, dans le but que ça puisse devenir une meilleure pratique.

Malgré le succès du modèle, l’hôpital a quand même dû réduire l’offre de services à l’Urgence pendant deux nuits, au début du mois d’août.  De mémoire, c’était la première fois dans l’histoire de Montfort que les patients ambulatoires étaient redirigés vers d’autres hôpitaux.

Une autre innovation très prometteuse est l’intégration d’un membre des paramédics dans l’équipe de l’Urgence, entre 13 h et une heure du matin, tous les jours. Mais cette initiative mérite un article en soit! Et c’est sans parler du nouveau programme d’immersion pour des membres du personnel qui ne sont pas parfaitement bilingues. À suivre dans de futurs numéros du Journal Montfort

« Même si la situation demeure précaire, on peut vraiment avoir de la fierté pour le travail accompli », affirme Martine Povin.

« Malgré les temps difficiles et les manques, le personnel de l’Urgence est incroyable », ajoute Patrice Lampron. « Ils sont extrêmement résilients, flexibles, ingénieux et innovateurs! Peu d’équipes auraient été capables de changer au complet leur modèle en si peu de temps! »

Un message de reconnaissance

Dans un touchant courriel envoyé à toute l’équipe de l’urgence, Dr Francis Dubé a écrit:

« Je suis reconnaissant d’avoir le privilège de travailler avec une équipe si dévouée.  Nous avons passé l’été probablement le plus difficile dans l’histoire de notre département d’urgence, et bien que nous voyions une lueur d’espoir à l’horizon, nous ne sommes pas encore sortis du bois.  

Je suis reconnaissant pour tous les ceux qui œuvre à l’urgence. L’absence de n’importe quel membre de l’équipe est ressenti et affecte notre fonctionnement. Des préposés aux commis, de l’entretient ménager aux paramédics, des thérapeutes respiratoires aux infirmiers et infirmières du département, vous jouez tous un rôle essentiel dans le fonctionnement de l’urgence.   

Je suis reconnaissant pour tous ceux qui ont pendant les derniers 6 mois, ont accepté de changer de rôle, de contribuer à l’équipe de façon différente, d’apprendre nouvelle façon de faire.  

Finalement je suis reconnaissant pour mes collègues médecins qui, se donnent cœur et âmes pour nos patients. Vous faites preuve de flexibilité, d’ingéniosité, de leadership.  

Je suis reconnaissant pour vous tous. C’est grâce à vous que nous passerons à travers. C’est à cause de vous que j’aime tellement travailler à l’urgence de Montfort. C’est pour vous que je vais continuer de me battre pour améliorer nos conditions. «


Rappelons que le manque de personnel est une situation qui se retrouve dans de nombreux hôpitaux en Ontario; à Montfort, le problème est amplifié par le fait que nous recherchons des membres du personnel qualifié et capables d’offrir des soins dans les deux langues officielles.

Geneviève est directrice de l'équipe des communications à Montfort depuis 2014. Quand elle n'est pas en train d'écrire pour le Journal Montfort, elle est maniaque de lecture, adore le yoga, vient travailler en vélo mais seulement quand il fait beau, et ne fait jamais, jamais la cuisine.