Rémi, Chantal, Karine et Marc-André : de stagiaires à gestionnaires

962

Rémi Dumais, Chantal St-Cyr, Marc-André Sabourin et Karine Te Riele ont tous commencé leur aventure à Montfort en tant que stagiaires, puis en tant qu’assistants en services thérapeutiques, et suite à plusieurs autres rôles variés, ils sont aujourd’hui tous des gestionnaires à l’hôpital. Apprenez-en davantage sur leur parcours et leur amour pour Montfort.


Rémi Dumais

Rémi est gestionnaire du Programme de santé mentale externe à Montfort, depuis quelques mois maintenant.

Ce qui le motive au quotidien, c’est l’amélioration continue des processus afin d’offrir le meilleur service à notre clientèle ainsi que la collaboration avec une superbe équipe qui lui est très chère.

Selon Rémi, c’est son esprit de collaboration, et le fait qu’il aime faire briller les gens avec qui il travaille qui font de lui un « vrai de vrai » de Montfort. Capable d’avoir de l’introspection, d’apprendre, de voir ses faiblesses et plein d’entregent, d’apprendre à réellement connaître ses pairs et de s’entourer des bonnes personnes sont certaines de ses caractéristiques qui font de lui et Montfort un « match » parfait.

Pouvez-vous trouver Rémi et Marc-André ? Rémi a enseigné à Marc-André pendant sa formation au collège La Cité comme assistant en physiothérapie. Il a aussi été superviseur de stage de Karine à Montfort pendant son stage d’assistant en services thérapeutiques et a fait l’entrevue d’embauche de Chantal St-Cyr!

Pourquoi choisir Montfort pour son stage?

En décembre 1994, nouvellement arrivé en Outaouais, j’ai fait une formation de recherche d’emploi dans un centre pour adultes à Gatineau. Un des animateurs m’a informé qu’il y avait un hôpital francophone à Ottawa. J’ai donc rencontré la gestionnaire des services thérapeutiques. Elle ne connaissait pas ma formation (techniques de réadaptation physique) et était très intéressée à m’avoir dans son équipe. Comme j’avais un stage à faire dans le cadre de cette formation, j’ai donc fait mon stage de quatre semaines à Montfort en janvier 1995, et je ne suis jamais reparti. 

Depuis, quels rôles a-t-il joués au sein de l’organisation?

En 1995, j’ai débuté en combinant assistant en physiothérapie et assistant en psychiatrie pendant un an. J’ai ensuite poursuivi mon parcours comme assistant en physiothérapie.

En 2000, avec la collaboration de Linda Lessard, nous avons modifié le rôle pour le transformer en assistant en services thérapeutiques, ce qui englobe physiothérapie et ergothérapie. Pendant mes années aux services thérapeutiques, je faisais plusieurs tâches administratives pour la gestionnaire, comme la gestion des horaires et du remplacement ainsi que l’embauche de nouveaux employés.

De 1999 à 2006, j’enseignais quelques cours au collège La Cité au programme d’assistant en physiothérapie.

En 2010, j’ai eu la chance d’avoir un contrat comme agent de projet au Consortium national de formation en santé du collège La Cité.

En 2011, j’ai obtenu le poste de coordonnateur de l’enseignement à l’Institut du savoir Montfort.

En 2017, j’ai obtenu le poste de gestionnaire du service des bénévoles et des soins spirituels. Cette première expérience comme gestionnaire m’a permis de développer plusieurs compétences.

En 2020, j’ai été muté à la clinique de dépistage Héron. Ce passage m’a permis de collaborer avec du personnel clinique et médical dans un contexte particulier. Ce fut une expérience très formatrice.

En 2021, j’ai obtenu le poste de gestionnaire du programme de santé mentale externe.

Et qu’est-ce qui le garde à Montfort depuis toutes ces années?

L’esprit de famille. La possibilité de grandir à l’interne. L’offre de service à la clientèle francophone et l’offre active des services en français.


Karine Te Riele

C’est depuis seulement quelques jours que Karine est devenue gestionnaire au service des bénévoles et services spirituels. Sa plus grande motivation est la possibilité d’avoir un impact positif sur l’expérience de nos patients.

Empathique, elle est à l’écoute des personnes qui l’entourent et en mesure de s’adapter à leurs besoins.

Pourquoi choisir Montfort pour son stage?

J’ai complété mon stage à Montfort en 2010 alors que j’étais étudiante à La Cité. Je voulais absolument y être puisque Montfort était l’hôpital de la région qui offrait le plus de flexibilité et d’opportunités aux assistants en services thérapeutiques. Une fois en stage, j’ai bien vu l’esprit de famille qui y existait et j’ai tout de suite su que je devais y travailler.

Rémi était mon superviseur de stage, il aimait nous jouer des tours. À l’époque, la salle d’équipement était en santé mentale et Rémi et Mario s’étaient mis à gratter sur la porte alors que moi et 2 autres étudiantes y travaillions. La frousse! On ne voulait plus sortir!

C’est Marc-André qui m’a formé lors de mes premières fins de semaine de travail. Nous sommes devenus une équipe pas mal efficace! Pas de niaisage sur l’étage!

Karine et Marc-André ont travaillé longtemps ensemble en chirurgie, ils étaient vraiment synchronisés dans leur routine et la communication était parfaite. Ils s’appelaient « MAK » sur l’unité pour leurs initiales! En 2018, ils ont aussi collaborés pour la visite d’Agrément Canada.

Bien que je connaissais Chantal comme assistante, j’ai mieux appris à la connaître à la DGQR, on a dû démêler l’Agrément de 2018 ensemble et on a développé un beau lien d’amitié. Nous nous considérons comme deux « minions » dans l’hôpital.

Quels rôles a-t-elle joués au sein de l’organisation?

J’ai débuté ma carrière en tant qu’assistante en services thérapeutiques, j’ai adoré le travail auprès des patients et pouvoir les aider à cheminer au travers de leurs différents défis. J’ai eu la chance de travailler un peu partout dans l’hôpital et développer de beaux liens avec plusieurs personnes. 

En 2017, je suis devenue coordonnatrice à la gestion des risques. J’y ai développé une grande appréciation pour toute l’arrière-scène des soins de santé. On en apprend tellement lorsqu’on est à l’écoute des problèmes des autres! Ça demande aussi de prendre un rôle de détective ce qui est très intéressant!

Finalement, il y a quelques jours, je suis devenue gestionnaire au service des bénévoles et services spirituels. Bien que ce soit un rôle tout nouveau, j’adore côtoyer des personnes qui ont Montfort tatoué sur le cœur. Plusieurs sont devenus bénévoles avant même que je sois née, alors je prends cette nouvelle étape avec beaucoup d’humilité!

Et qu’est-ce qui la garde à Montfort depuis toutes ces années?

Montfort c’est une famille! Les gens sont chaleureux et accueillants. Il y existe un sentiment d’appartenance qu’il n’y a pas ailleurs. Ma mère travaille à L’Hôpital d’Ottawa et nous nous obstinons depuis au moins 10 ans sur qui a le meilleur hôpital… évidemment, vous savez tous qui a raison… 😉 

Je pense aussi que c’est important de souligner que nous avons tous eu la chance de travailler avec des leaders qui nous ont encouragés à nous développer professionnellement et qui nous ont offert des opportunités, tels des Valérie Dubois-Desroches qui fait sa tournée de façon tellement authentique qu’on s’en rend même pas compte, des Julie Budd qui encourage les projets d’améliorations, sans compter pour Chantal et moi, des Janie Desroches qui sait comment nous « challenger » dans nos positions en créant des réflexions intéressantes.


Marc-André Sabourin

Marc-André est maintenant gestionnaire des cliniques de soins ambulatoires, au Carrefour santé d’Orléans et à Montfort.

Ayant Montfort dans le sang, c’est entre autres sa persévérance (si je peux le rêver, je peux le faire), son sens de l’organisation et sa capacité à se fixer des objectifs qui font de lui un atout pour l’hôpital.

Rémi et Marc-André se connaissent depuis 18 ans maintenant! Ça ne les rajeunit pas, mais cette photo, oui!

Jusqu’à tout récemment, Rémi et Marc-André étaient co-président du Comité des gestionnaires (CGO). Ils partagent aussi un bureau au Carrefour santé d’Orléans et se laissent des gâteries sur les bureaux chacun leur tour!

Une personne résiliente qui comprend qu’il est l’architecte de sa propre joie et son propre destin, c’est sa volonté de toujours donner son meilleur tant au niveau personnel que professionnel pour être un excellent leader pour son équipe qui font de lui un gestionnaire apprécié par son équipe.

Pourquoi choisir Montfort pour son stage?

J’ai fait un stage en 2003, en tant qu’étudiant COOP au 4A. C’est là que j’ai rencontré Rémi et Mario aide-physio, qu’on disait dans le temps. Après le secondaire, j’ai étudié à La Cité, Rémi était enseignant de laboratoire. Je voulais à tout prix faire mon stage à Montfort, pour moi c’était la seule option! L’équipe était vraiment drôle j’ai senti que c’était le début d’une longue amitié avec les assistants et Montfort. 😊

J’ai toujours voulu travailler à Montfort, j’ai des souvenirs d’être au rassemblement SOS Montfort avec ma famille, tantes et oncles.

Je suis fier de travailler en français et aussi de travailler dans un hôpital universitaire – pour que d’autres gens (comme moi) aient la chance d’être inspirés.

Depuis, quels rôles a-t-il joués au sein de l’organisation?

Étudiant COOP en 2003, étudiant stagiaire assistant en services thérapeutiques en 2005, employé assistant en services thérapeutiques en 2006, étudiant kinésiologue en 2010, employé kinésiologue en 2012 et gestionnaire des soins ambulatoires en 2018 pour aussi être cogestionnaire de la clinique de soins Héron et maintenant aux soins ambulatoires partagé entre Montfort et le Carrefour santé d’Orléans.

Assistant en services thérapeutiques, j’ai adoré l’équipe et les rotations sur les unités et rencontrer beaucoup de membres de l’équipe Montfort. J’ai apprécié les différentes unités de comprendre aussi le flot de nos patients.

Kinésiologue, j’ai eu la chance d’avoir plus de formation sur la collaboration interprofessionnelle, de faire des projets LEAN et d’approfondir mes connaissances / réseau avec les soins en communauté. J’ai développé une grande appréciation pour la prévention des problèmes de santé. 😊

En tant que gestionnaire, j’adore mon travail et notre équipe; il y a beaucoup de talents et d’expérience aux cliniques, mais aussi beaucoup de diversité. C’est comme gérer 30 PME. Pour moi c’est une recette parfaite parce que je travaille pour l’expérience des patients, des employés et la gestion de programmes.

Et qu’est-ce qui le garde à Montfort depuis toutes ces années?

Honnêtement, j’adore mon équipe et mes collègues. Pour moi c’est une famille – je ne me vois pas changer de famille!


Chantal St-Cyr

La gestionnaire qualité et expérience-patient, Chantal St-Cyr, est à l’écoute et a l’opportunité de faire la différence au quotidien auprès des patients, leurs proches, les équipes et les collègues par l’entremise de son rôle et de ses fonctions. Lors de son évaluation d’appréciation en 2005, Linda Lessard (gestionnaire des services thérapeutiques) lui avait demandé « où te vois-tu dans 10 ans? », et Chantal lui a répondu « à Montfort à faire une différence sur l’expérience des patients et faire briller mon hôpital ». Aujourd’hui, elle a vraiment l’impression d’avoir la chance de faire cela au quotidien.

Une personne remplie de compassion avec une très bonne écoute active, c’est important pour elle de prendre le temps d’écouter pour comprendre et non pour répondre. Selon Chantal, lorsqu’on écoute pour comprendre, ça nous permet de mieux identifier l’opportunité d’amélioration en passant par une différente perspective. On retrouve un respect pour le vécu de la personne, sa vérité. Son approche a toujours été centrée sur la personne, et elle a ses parents à remercier pour cela.

Pourquoi choisir Montfort pour son stage?

J’ai fait mon stage en 2003. Ce qui m’a attiré à Montfort était l’opportunité de faire mon stage en français, mais aussi l’histoire, la mission, la vision et les valeurs de cet hôpital.

Rapidement, j’ai constaté qu’à Montfort nous étions en famille. C’est comme si je connaissais ces gens depuis toujours. On m’a tellement bien accueillie que dès ma première semaine je savais que je voulais faire carrière à Montfort.

Dans le temps, la clinique externe de physiothérapie était dans le Pavillon B, anciennement la buanderie de l’hôpital. Maintenant on y retrouve le laboratoire de recherche de l’Institut du Savoir Montfort. À l’époque, j’ai l’impression de me vieillir en parlant ainsi, mais à l’époque il n’avait que deux assistants en services thérapeutiques (AST) : Rémi et Manon. Un travaillait à l’interne et l’autre à la clinique externe. À l’interne, nos horaires étaient divisés par unité : 7 h 30 à 9 h au 3C (Orthopédie). C’était toute une coordination pour assurer que le patient puisse compléter ses exercices Jour 1, premier lever, marcher et recevoir le CPM (machine de fléchissement du genou), les plus vieux vont s’en souvenir 😉. On travaillait en partenariat avec l’infirmière et le préposé afin d’assurer une coordination de toutes les activités du patient qui incluaient la gestion de douleur ainsi que les activités de la vie quotidienne. Avec le temps, l’équipe a grossi. En 2004, on comptait 6 AST. Aujourd’hui, je crois qu’il y a au moins une dizaine.

Quels rôles a-t-elle joués au sein de l’organisation?

Marc-André travaillait avec Chantal lors de sa première grossesse. Il se souvient de ses nausées sur les étages et maintenant la plus vieille de Chantal peut garder les jeunes enfants de Marc-André.

MAS : Chantal et moi sommes officiellement devenus amis à un de ses retours de congé de maternité. L’équipe des services thérapeutiques était temporairement au 3B dans le nouveau Montfort et naturellement il n’y avait pas d’aile 3B lorsque Chantal avait quitté pour son congé.  J’étais le seul assistant à l’horaire, 5 pagettes sur ma ceinture et j’ai été rencontrer Chantal à l’entrée principale, nous avons travaillé ensemble toute la journée et nous n’avons pas arrêté de jaser depuis ce temps.

2004 – Assistante en service thérapeutique

J’ai beaucoup aimé ce rôle, de travailler avec le patient, la famille ainsi que l’équipe multidisciplinaire. En service thérapeutique, on faisait des rotations aux six mois alors dans mes 11 ans j’ai eu l’opportunité de travailler sur toutes les unités avec des gens formidables remplis de compassion. Pendant mon parcours en services thérapeutiques, j’ai eu la chance de rencontrer de vraiment belles personnes (patients, proches, infirmières, préposées, médecins, thérapeutes respiratoires, physios/ergos, gestionnaires…) qui ont contribué à la personne que je suis aujourd’hui. Pour reprendre les mots de l’un de mes élèves, si je devais me considérer une maison bien construite, désormais ces gens comptent parmi les personnes riches de compassion y ont posé leur pierre.

2015 – Coordonnatrice des patients-partenaires

Provenant du clinique, je reconnaissais l’importance d’inclure le patient et sa famille dans les discussions et prises de décisions pour assurer de bien répondre à leurs besoins. Mon mandat était de mettre sur pied un programme de participation des patients et leurs proches. Le programme patients-partenaires facilite le partenariat entre les patients, leurs proches et les équipes à Montfort afin d’inclure leur savoir expérientiel dans les discussions et prises de décisions pour assurer la conception de services de qualité centrée sur la personne. Ce programme novateur muni de stratégies efficaces a été reconnu comme étant une pratique exemplaire par Agrément Canada. Ce rôle m’a initié au monde de l’administration en soins aigus, j’ai pu demeurer à proximité du patient et ses proches tout en contribuant à l’amélioration des services à un autre niveau. Ce rôle m’a permis de découvrir Montfort davantage, et m’a donné l’opportunité de continuer à m’épanouir tout en relevant de nouveaux défis. Ceci m’a poussé à retourner aux études. En 2018, j’ai obtenu un diplôme de 2e cycle en administration publique pour ensuite entamer une maitrise en administration publique.

2020 – Gestionnaire, qualité et expérience patient, intérimaire

En juillet 2020, j’ai obtenu le poste Gestionnaire qualité et expérience patient intérimaire à la Direction de la qualité et des risques. Mon parcours à Montfort, les outils de gestion disponibles à Montfort ainsi que mes cours à la maitrise ont facilité la transition dans cette nouvelle aventure. J’ai eu la chance d’accueillir parmi mon équipe les employés des dépistages (employés et entrée principale). Une équipe dévouée qui a à cœur l’expérience des patients et leurs proches. La dernière année fut bien remplie de nouveaux défis, une expérience riche, et je ne la changerais pour rien. Cette expérience a ouvert de nouveaux horizons, ce n’est que le début.  

Et qu’est-ce qui la garde à Montfort depuis toutes ces années?

Les services en français, les gens qui y travaillent, les patients et leurs familles qui sont si fiers de partager leur contribution à l’histoire de Montfort. Je suis reconnaissante de travailler dans un milieu et une équipe où on me permet de m’épanouir et de grandir. Montfort, c’est ma famille!


C’est ensemble que ce quatuor a grandi, tant sur le plan personnel ou professionnel. Ils ont de beaux souvenirs à rire, pleurer de rire et rarement pleurer. Ils se partagent les bons coups, leurs outils de gestion qui fonctionnent et leurs expériences passées et ils sont tous toujours prêts à s’entraider. Sur le plan personnel, il y a une belle complicité, ils ont partagé de beaux soupers, des discussions de vie, des dons de vêtements pour les enfants et bien plus.  

Rémi, Karine, Marc-André et Chantal avec leurs collègues des services thérapeutiques lors d’un party de Noël du Club social Montfort.

Bonne chance à vous tous dans vos rôles de gestionnaires et merci d’avoir choisi, et de continuer de choisir, Montfort!

Gabrièle est conseillère avec l'équipe des communications à Montfort depuis 2013. Quand elle n'est pas en train d'écrire pour le Journal Montfort, vous pourrez surement la retrouver sur un terrain de volleyball ou de frisbee, dans la cuisine, à une réunion de famille/d'amis ou en chemin vers sa prochaine escapade.