Rien n’est impossible pour le duo du laboratoire simulation

223

Lors de la formation des instructeurs en simulation du 20 août dernier, nous avons rencontré un grand défi puisque nous devions former quatre nouveaux instructeurs de simulation en pleine pandémie. Comme nos salles étaient trop petites pour respecter la distanciation physique recommandée, nous avons décidé de faire la formation dans trois salles différentes. Oui, vous avez bien lu, la simulation s’est déroulée dans trois salles différentes!

C’était tout un défi pour nous… organiser une formation en simulation qui soit sécuritaire pour les participants tout en respectant les recommandations sanitaires. On a dû faire preuve de créativité et grâce à la technologie, on a réussi à offrir une première formation en simulation à distance.

La logistique

Nous étions 11 personnes pour cette formation, en incluant les acteurs presque le double. Avant la pandémie, nous pouvions être deux fois plus de gens par salles. C’était beaucoup plus facile de donner cette formation parce que tout le monde pouvait être dans la même salle : des patients simulés pour tous les différents scénarios, les deux techniciens (nous !) et tous les participants.

Comme nous étions tous les deux sur place, il nous était facile de gérer l’équipement technique, les enregistrements, les androïdes (mannequins) et la préparation des différentes simulations.

Mais on fait comment en pleine pandémie?

On a dû adapter quelques scénarios puisque nous n’avions plus accès à nos patients simulés et revoir notre façon de procéder pour respecter le nombre limite de personnes dans la salle. La mode est au virtuel et on a donc décidé de suivre la mode. Ce n’est pas rien de gérer huit caméras, trois ordinateurs, quatre applications et l’enregistrement des scénarios à partir trois salles différentes, le tout, alors que les deux techniciens, généralement sur place, étaient en télétravail.

Un technicien en télétravail, Éric, s’est occupé d’enregistrer chaque scénario et de diffuser les enregistrements dans les trois salles pour que les participants puissent suivre la formation en temps réel. Et comme il n’y a rien de parfait, il s’est aussi occupé des problèmes techniques qui risquaient de survenir durant la simulation.

Pour faire vivre une simulation, plusieurs applications sont nécessaires. Éric a appuyé les instructeurs en contrôlant les ordinateurs pour gérer les différentes applications requises. Gonzalo était sur place. Ça prenait quelqu’un pour préparer les androïdes, les simulations et jouer un rôle dans les simulations.

Simulation virtuelle, une première pour le Laboratoire de simulation de l’Institut du Savoir Montfort

Nous sommes très fiers du succès obtenu par la simulation virtuelle. Cette réussite nous permet d’entrevoir plusieurs possibilités pour des formations futures. L’avenir du laboratoire de simulation de l’ISM ne passe pas nécessairement par la formation en direct, comme c’était le cas avant le mois de mars. On peut désormais envisager des simulations à distance, qui pourront être diffusées pour des partenaires et même, qui sait, des clients ! Cette première expérience nous a permis de constater que la simulation virtuelle atteignait les standards de qualité requise selon notre agrément du Collège royal.

Une chose est claire, même une fois que la pandémie sera résolue et qu’on reviendra à une normalité certaine, nous comptons bien conserver ce type de formation accessible. Cette option nous permettra d’offrir des formations à distance aux partenaires des régions francophones qui ne peuvent se rendre à Montfort. Une équipe qui repousse les limites de l’impossible!


Gonzalo Blanco est technicien en simulation médicale et gestion des applications à l’Institut du Savoir Montfort depuis deux ans. Il est membre du Comité du programme de simulation. Il est arrivé de la Colombie en 2013 avec une formation en ingénierie électronique. Il a ensuite entamé des études en architectures/gestion et réalité virtuelle/augmentée. Gonzalo a fait un stage chez l’ISM au développement professionnel continu en 2017. Il a tellement aimé travailler avec l’équipe de simulation qu’il a décidé de se joindre à nous un an plus tard. Il est passionné des sports, surtout le soccer. Il aime beaucoup danser.

Éric Tassé est technicien en simulation médicale et gestion des applications à l’Institut du Savoir Montfort depuis cinq ans. Il est aussi membre du Comité du programme de simulation. Il a une formation en soutien informatique. Il a ensuite entamé des formations supplémentaires en robotiques et impressions 3D. Éric a fait un stage chez l’ISM au développement professionnel continu en 2012 et il a décidé de nous joindre trois ans plus tard. Il est passionné de l’informatique. Il pratique beaucoup l’espagnol avec ses collègues.