Scalpel, post-it… traitement LEAN en chirurgie

772

En décembre dernier, l’équipe du programme de chirurgie et des services périopératoires s’est rassemblée pour célébrer son aventure LEAN chirurgie, une stratégie débutée il y de cela 5 ans. Cette aventure a demandé beaucoup de temps, d’appui et d’engagement de tous, du personnel de première ligne jusqu’au conseil d’administration.

Au cours du printemps et de l’été 2014, l’équipe LEAN chirurgie fut mise sur pied, et s’est penchée sur la question « Comment améliorer l’expérience patient ? ».

L’équipe LEAN chirurgie lors d’une célébration suite à un kaizen au 5C chirurgie, en 2016

Nos patientes-partenaires nous ont partagé leurs expériences et ont identifié des éléments à améliorer pour que chaque patient ait une excellente expérience, chaque fois.

Elles ont noté que l’on se devait de corriger :

  • Les pertes de temps à attendre
  • Les temps d’attente sur les listes
  • Le manque de coordination des rendez-vous
  • Le long séjour à l’hôpital
  • Les informations non-concordées

Il fallait revoir tout le cheminement
du patient pour réussir.

Les grands objectifs qui sont ressortis sont :

  • Le patient n’attend plus
  • Faire plus de chirurgies à haute pondération : remplacements de hanches et de genoux, chirurgies oncologiques, et autres cas à haute pondération
Geneviève Cholette, infirmière auxiliaire autorisée au Bloc opératoire

De là, nous avons identifié 15 projets d’amélioration, qui se sont développés en kaizens.

Nous avons implanté 11 kaizens
en quatre ans!

« Cette année, on fait la revue des kaizens implantés pour voir si nous avons atteint les objectifs, faire les ajustements nécessaires, s’il y en a, et assurer la pérennité de ces efforts » ajoute Marcelle. « Pour s’assurer d’être sur la bonne voie, on a demandé à une patiente-partenaire, Mme Lascelle, de suivre un patient qui a eu une chirurgie comme la sienne. »

Mme Lascelle fut agréablement surprise des accomplissements de l’équipe.

« Nous sommes vraiment fiers des succès, l’on n’aurait pas pu réaliser tout ceci sans l’appui de tous. Il va sans dire que cette aventure nous a amené son lot de défis et que sommes sortis de notre zone de confort à maintes reprises, mais aujourd’hui, on a réussi! »

Témoignages de membres du personnel impliqués dans les kaizens

« En tant que facilitatrice de soins mon rôle premier est le flow du patient, » explique Véronique Sauvé, du 5C chirurgie. « Le fait d’aller ‘tirer’ les patients de la salle de réveil, de l’urgence, au fur et à mesure permet d’éviter les temps d’attente pour nos patients et les vagues d’admissions pour nos équipes de soins », ajoute-t-elle. « L’utilisation du tracker de l’urgence et du bloc opératoire permet aussi aux unités de soins d’être mieux informées et favorise les relations entre les divers services, dans le but premier que le patient n’attende pas. »

Dominic Brûlé est brancardier (« porteur ») au bloc opératoire. « Alors d’abord, je vous explique la boucle : lorsqu’une salle d’opération nous appelle pour une sortie et qu’on la complète, le porteur qui a répondu à l’appel est responsable d’amener le prochain patient à cette même salle », raconte-t-il. « Les bénéfices sont nombreux. Pour nous les porteurs, ça occupe plus de notre temps sur le même appel et ça fait moins de va-et-vient entre les salles. Pour ce qui est des infirmières, elles savent que le prochain patient va arriver sans qu’elles aient à nous appeler. »

Les salles finissent leurs journées
avant 15 h plus souvent qu’avant.

« Le Kaizen soir et fin de semaine a été un de nos véritables succès dans notre travail avec le LEAN chirurgie », dit le Dr Marc Doré, anesthésiste. « Depuis la mise en œuvre des changements, nous sommes beaucoup plus efficaces dans notre gestion de cas d’urgence le soir et les fins de semaine, » explique-t-il. « Malgré l’augmentation du volume de cas de 7,5 %, nous avons vu une réduction de 35 % des cas qui terminent après 23 h, ce qui a grandement diminué les heures supplémentaires au bloc opératoire. »

« L’autre changement majeur est l’introduction de cas en chirurgie d’un jour les fins de semaine. Ceci nous permet de faire des cas d’urgence la fin de semaine, et d’envoyer le patient à la maison par la suite. Pas besoin de lit à l’étage! »

Depuis le kaizen, nos patients sont beaucoup mieux servis et notre équipe en bénéficie grandement!

Marcelle Thibeault
Marcelle est directrice du programme de chirurgie à Montfort depuis 2014. Adepte de lecture et maniaque de voitures sportives, quand elle n’est pas au travail, Marcelle est surement en train de dévaler les pistes doubles diamants du Mont-Tremblant avec son fils.