Le saviez-vous? Mélanie Pharand, peintre performante

1204
Le saviez-vous Mélanie Pharand, peintre performante

Mélanie Pharand travaille à l’Hôpital Montfort depuis novembre 2007 et occupe présentement le rôle de conseillère analyste à la performance, ce qui veut dire qu’elle analyse les données cliniques afin de compiler des rapports et de produire des statistiques.

En novembre 2015, la mère de Mélanie a fait un AVC et est restée avec des problèmes de motricité à son bras droit. Afin de trouver une activité pour encourager leur mère dans son rétablissement, la sœur de Mélanie a suggéré qu’elles suivent toutes ensemble un cours de peinture.

En mars 2016, Mélanie, sa sœur et sa mère ont commencé à suivre des cours de peinture à la Galerie d’art Auger.

« Je n’étais pas certaine au début parce que je n’avais aucun talent pour la peinture ou le dessin, mais j’y suis allée quand même. J’ai tellement aimé que j’y suis restée accrochée. Tu amènes une idée ou une image et ils t’aident tout au long du développement de ta peinture. Ma mère aussi a adoré. On l’appelle Picasso maintenant parce qu’elle produit des peintures à un rythme impressionnant malgré que son bras droit ait plus de difficulté, » raconte Mélanie.

Se concentrant sur la peinture à l’huile, Mélanie a créé six peintures depuis un an. Une peinture prend au moins une trentaine d’heures, et elle y travaille tous les mardis soirs pendant trois heures. Pour l’instant, elle les accroche fièrement dans sa maison, mais lorsqu’elle aura accumulé une dizaine d’œuvres, elle les exposera dans un café d’Aylmer. Elle a également fait une peinture pour une commande.

L’inspiration de Mélanie débute souvent avec une photo ou image qu’elle aime et est ensuite agrémentée d’éléments de son imaginaire. Bien qu’elle essaie un peu de tout, elle préfère peindre des personnages réalistes et plus particulièrement des femmes.

Parmi toutes ses œuvres, sa préférée est nommée « Pure innocence » (ci-haut). Celle-ci s’est avérée un grand défi pour Mélanie, surtout de par les détails du visage, et elle est très heureuse de l’avoir si bien réussi. À chaque tableau, elle dit s’améliorer en trouvant de nouveaux éléments visuels et techniques qui lui parlent.

Si elle a un conseil à donner à tous ceux et celles qui ont déjà pensé à entreprendre la peinture, mais ne savent pas par où débuter, Mélanie explique que « ce n’est pas parce qu’on pense ne pas savoir dessiner qu’on ne peut pas peinturer. C’est très différent. Tu ne sais pas si tu seras vraiment capable tant que tu ne l’as pas essayé. Les idées et l’imagination viennent en peinturant. Le coaching de quelqu’un qui sait ce qu’il fait aide aussi beaucoup à propulser tes idées et tes techniques en de véritables œuvres d’art. »

Gabrièle Caza-Levert
Gabrièle est conseillère avec l'équipe des communications à Montfort depuis 2013. Quand elle n'est pas en train d'écrire pour le Journal Montfort, vous pourrez surement la retrouver sur un terrain de volleyball ou de frisbee, dans la cuisine, à une réunion de famille/d'amis ou en chemin vers sa prochaine escapade.