L’innovation pour l’Accept-Action en santé mentale

265

En août 2018, l’Hôpital Montfort a été le premier hôpital en Ontario a lancer un programme pour les personnes vivant avec une schizophrénie, appelé Accept-Action. Il s’agit d’un programme de réadaptation spécialisé qui se base sur les résultats de plusieurs décennies de recherche et visant à atténuer les effets de la maladie et retrouver certaines habiletés perdues.

Cette approche d’origine suisse basée sur les évidences scientifiques existe au Québec depuis maintenant plus de vingt ans.

À Montfort, l’approche a été légèrement modifiée pour privilégier un programme multidisciplinaire. L’équipe de traitement comprend un psychiatre, un ergothérapeute, une infirmière et une travailleuse sociale, ce qui permet une approche, qui bien que centrée sur les activités thérapeutiques, adresse également les problèmes sociaux et psychiatriques liés à la schizophrénie.

Anathèle Zamor, ergothérapeute, Hakima Moktary, travailleuse sociale, Suzanne Cloutier infirmière, ainsi que le Dr Mykhaylo Pityk, sont à l’origine du programme Accept-Action au Programme de santé mentale.

Dr Pityk, Anathèle, Suzanne et Hakima

L’implantation de ce programme de réadaptation spécialisé en Ontario est novatrice, et Montfort peut être fier d’être le premier à offrir ce service dans la province. Il s’agit d’une excellente nouvelle pour les personnes francophones vivant avec la schizophrénie, car cette population est souvent en manque de services spécialisés qui répondent à ses besoins.

La schizophrénie est une maladie mentale qui touche 1 % des personnes dans le monde.

Afin d’offrir une perspective, sur ce nombre, il s’agit de plus de 75 millions de personnes, soit deux fois la population du Canada. Cette maladie mentale sévère et persistante touche environ 115 000 Canadiens et sa prévalence au Canada est à la hausse.

En général, un diagnostic de schizophrénie est précédé par plusieurs épisodes de psychose. Nous sommes souvent familiers avec les symptômes d’hallucinations et de délires, nommés « symptômes positifs », mais plus rarement sommes-nous informés de l’impact de la maladie sur les capacités cognitives émotives et fonctionnelles de la personne. Ces derniers sont appelés les « symptômes négatifs et cognitifs ».

En effet, nous tenons pour acquis notre capacité à gérer notre quotidien et à communiquer de façon autonome. Par exemple, nous prenons des rendez-vous, organisons notre horaire, prenons des décisions, socialisons avec nos amis sans nous questionner. Ces activités du quotidien et bien d’autres encore sont possibles grâce à nos capacités cognitives, nos habiletés de communications et d’interactions et fonctionnelles (ex : mémoire, concentration, demander, partager, parler, résoudre des problèmes, gérer ses émotions…), et celles-ci sont malheureusement affectées par la maladie.

Ainsi, de nombreuses activités que nous tenons pour acquises, tel que se souvenir de son rendez-vous, être capable de formuler une demande, de résumer une situation vécue, d’établir un réseau de contacts et d’amis, de faire preuve de compétences sociales, voire même de s’orienter dans le temps, peut représenter un immense défi pour les personnes vivant de schizophrénie.

Ces symptômes affectent non seulement leur vie quotidienne, mais provoquent également beaucoup d’anxiété. Bien que les médicaments antipsychotiques soient capables, dans la plupart des cas, d’améliorer les symptômes positifs (hallucinations, idées délirantes et autres), ces médicaments sont moins efficaces pour contrer les symptômes négatifs (cognitifs, émotifs et habiletés fonctionnelles) de façon significative.

Bien que la perception modifiée de la réalité provoquée par les symptômes de la psychose soit un énorme empêchement à un fonctionnement normal dans la société, la diminution des capacités cognitives (concentration, attention…) et des habiletés fonctionnelles (motrices, opératoires et de communication…), même après le traitement, demeure un obstacle sérieux en soi.

Ce programme comprend trois objectifs principaux :

  • améliorer les habiletés cognitives et de perception
  • améliorer les habiletés fonctionnelles
  • permettre le développement de stratégies compensatoires pour pallier les habiletés perdues suite à la maladie.

C’est en aidant les personnes à surmonter ces symptômes que les professionnels de la santé, comme nous, sommes en mesure d’améliorer la qualité de vie de ces personnes, ainsi que de maximiser leur intégration dans la communauté, ce qui est bien l’objectif du programme Accept-Action.

Mais qu’est-ce que le programme Accept-Action exactement?

L’équipe du programme Accept-Action nous explique.

Le programme Accept-Action utilise la thérapie psychologique intégrée (IPT, Integrated psychological treatment) basée sur un ensemble structuré et hiérarchisé d’interventions destinées à diminuer les altérations cognitives, émotionnelles et fonctionnelles dont souffrent les personnes vivant avec la schizophrénie et à soutenir les efforts de réhabilitation et à prévenir les rechutes.

Ce programme a été utilisé avec succès au Québec et a été adapté au contexte canadien. Le résultat fut un programme de huit modules :

  1. Différenciation cognitive – pour développer les capacités d’attention, de concentration et de mémoire;
  2. Perception sociale – qui développe la capacité d’interpréter des situations sociales rencontrées et de mieux analyser ces informations de l’environnement;
  3. Communication verbale – qui aide ces personnes à réactiver leurs habiletés de communications perdues suite à la maladie;
  4. Compétences sociales – pour redévelopper des comportements verbaux et non verbaux perdus nécessaires pour naviguer au quotidien dans diverses situations sociales;
  5. Gestion des émotions – qui stimule les compétences nécessaires pour mieux situer les effets nocifs des émotions sur la maladie et développer des stratégies comportementales appropriées à celles-ci;
  6. Résolution de problèmes – qui développe les compétences nécessaires pour identifier les obstacles de la vie quotidienne, proposer des hypothèses et choisir la solution la plus appropriée,
  7. Vie quotidienne – qui vise à mettre en pratique les compétences acquises dans les modules précédents et à trouver des applications concrètes pour ceux dans la vie quotidienne;
  8. Projet de vie (intégré tout au long du programme pour adresser les préoccupations individuelles et offrir des soins centrés sur la personne, malgré l’approche de groupe) – qui consiste en un soutien individuel ou en groupe visant à renforcer les plans de vie du client, tels que la participation à la communauté et le retour à l’école ou au travail.

Avec la prévalence croissante de la schizophrénie au Canada, les approches de réadaptation efficaces, telles que le programme intégratif de thérapies psychologiques (IPT), utilisées au groupe Accept-Action sont essentielles.

Malgré les efforts dévoués de notre équipe d’intervenants à Montfort, il reste encore beaucoup à accomplir pour faire progresser l’accessibilité à des programmes de traitement basés sur les évidences pour cette population. Tout comme le rétablissement, ce programme c’est du travail en continu!