Heureux comme un poisson dans l’eau

318

Si vous ne l’apercevez pas à l’hôpital ou sur les pistes de ski de fond, Simon Lacharité, partenaires d’affaires aux Ressources humaines, est probablement à plusieurs pieds sous l’eau en train d’observer Nemo et Doris dans leur habitat naturel.

Non seulement il éprouve un grand plaisir à pratiquer la plongée, il le fait aussi comme accompagnateur de personnes à mobilités réduites. Liberté en profondeur Canada, est un organisme qui enseigne la plongée sous-marine. Simon s’engage à faire bouger les personnes avec un ou des handicaps physiques, en les faisant plonger.

Simon a vraiment eu la piqûre pour ce sport et il le pratique avec sa conjointe ainsi que le père de celle-ci. Son beau-père vit avec un handicap physique, mais ce n’est pas ça qui l’arrête. Il fait de la plongée et vit sa vie sans se préoccuper de son handicap.

Simon Lacharité, le père de sa conjointe et sa conjointe, sur un bateau avant de plonger.

« Lors de mes voyages, j’ai vraiment appris des leçons en plongeant avec ces personnes », dit Simon. « Ils vivent avec un ou des membres qui ne fonctionnent plus et ils trouvent le moyen de profiter de chaque instant. Si des personnes à mobilités réduites sont capables de faire de la plongée, je peux sûrement passer au travers d’un petit rhume ou d’une légère entorse sans me plaindre. »


Ces personnes n’ont pas peur de vivre et c’est vraiment impressionnant.

Simon a visité Aruba, Curaçao et Bonaire, des îles paradisiaques de plongée. « Des trois îles, Bonaire est définitivement ma destination préférée. C’est une réserve écologique protégée par l’UNESCO », ajoute Simon. Bonaire est une île protégée et cela paraît vraiment. Il n’y a pratiquement aucun déchet et les sites de plongée sont plus beaux. À l’aéroport, les voyageurs se font même faire une présentation sur le respect de l’environnement.

Téméraire à l’occasion, Simon a eu la chance de visiter une épave de bateau se situant à 100 pieds sous l’eau. « Je dois avouer que j’ai eu un peu peur. Lorsque j’ai regardé mon profondimètre, j’ai vu le 100 et j’ai dû me réciter des mantras pour me calmer », se rappelle Simon. Son groupe se promenait au travers l’épave et profitait du moment pour admirer la beauté des fonds marins.

Le déroulement d’une séance de plongée est bien simple. Les personnes à mobilités réduites sont guidées par le plongeur qui les assiste; même ce plongeur a un assistant à lui, si jamais il arrive un pépin. Dans un sens, les plongeurs ressentent un nouvel élan de liberté sous l’eau. Plusieurs d’entre eux sont autonomes d’un bras, par exemple, et on donc moins besoin de soutien constant des assistants.

« Ces gens-là mettent leur vie entre les mains d’autres personnes tous les jours, littéralement. Ils m’ont appris à ne pas m’apitoyer sur mon sort et m’ont aussi appris le courage. »

Cet été, Simon ira faire sa certification de plongeur avancé pour pouvoir aider les personnes à mobilités réduites pendant leur aventure. Janvier 2020 sera la date de son prochain départ pour une île paradisiaque, mais laquelle choisira-t-il ?

Méganne Leblond
Méganne est stagiaire avec l’équipe des communications à Montfort depuis 2019. Quand elle n’est pas en train d’écrire pour le Journal Montfort, elle est surement en train de s’informer sur les nouvelles du sport, de se cacher les yeux devant un film d’horreur, ou d’écouter en boucle les chansons de Fred Pellerin.