Comment aimer l’hiver

934

Comment les employés de Montfort font-ils pour trouver chaleur, plaisir et réconfort pendant la période hivernale?

Ah ! comme la neige a neigé! Ma vitre est un jardin de givre. Ah ! comme la neige a neigé! Qu’est-ce que le spasme de vivre, a tout l’ennui que j’ai, que j’ai !…

Émile Nelligan n’avait pas tout à fait tort. L’hiver peut être ennuyant, froid et terne. Le soleil brille par son absence, le mercure est sous la barre du zéro et les rues sont couvertes d’un épais tapis blanc. « Comment faire pour aimer mon hiver ? » vous demanderez-vous. La réponse est bien simple : sortez de chez vous !

Simon Lacharité et son équipement de ski de fond.

Simon Lacharité est partenaire d’affaires aux Ressources humaines. Tous les matins, il se rend au travail en ski de fond. Il stationne sa voiture au Musée de l’aviation et emprunte la piste cyclable jusqu’à l’hôpital, en passant par le boisé. « Je ne suis pas nécessairement friand de l’hiver » dit-il, « mais je joins l’utile à l’agréable ».

Simon ajoute être devenu un amateur de l’équipe de hockey des 67 d’Ottawa. Il a même convaincu ses collègues d’assister à des parties. « Selon moi, les activités d’hiver doivent faire partie de notre horaire de tous les jours », ajoute-t-il.

Il faut trouver le positif même dans les moments un peu moins motivants, affirme Simon.

Des employés de Montfort qui assistent à une partie de hockey du 67 d’Ottawa

Une seconde adepte du ski de fond nous a aussi témoigné son amour pour l’hiver. Suzanne Heebner est agente en développement organisationnel. Pour se dégourdir les jambes après le travail, elle et son conjoint font de 10 à 15 km de ski dans le Parc de la Gatineau. « L’an dernier, alors que tout le monde planifiait son voyage dans le sud, nous, on préparait notre voyage en Finlande dans le cercle arctique (région de Lapland) pour aller faire du ski avec nos amis finlandais », dit-elle.

Suzanne Heebner ainsi que son conjoint devant un chalet de ski en Finlande.

Suzanne nous confie qu’elle et son conjoint ont toujours hâte à la première neige. Pour eux, une première tombée de flocons signifie leur première sortie en ski. Ils ont été choyés cette année, puisqu’une belle bordée de neige leur a été offerte : 263 cm sont tombés depuis le mois d’octobre 2018! Quoi souhaiter de plus pour de fervents amateurs de ski de fond?

Ça nous garde en forme, de bonne humeur, on apprécie la nature et la belle région dans laquelle on habite.

Marcelle Thibault conduisant une motoneige, accompagnée de sa petite fille.

Qui dit hiver, dit aussi chalet, feux de foyer et chocolat chaud. Lorsqu’il fait froid dehors, il est si facile et tentant de s’adonner au cocooning ou d’écouter des séries en rafale. Toutefois, il est bien de trouver l’équilibre entre détente et activité physique.

C’est ce que Marcelle Thibault, directrice du programme de chirurgie, semble avoir réussi à faire. Lorsqu’elle ne se sauve pas dans les pays chauds, elle en profite pour dévaler les pistes du Mont-Tremblant en ski alpin. Elle fait aussi quelques promenades en motoneige et adore jouer dehors avec ses petits-enfants.

Avec un horaire chargé comme le sien, il est normal que Marcelle ait envie de se détendre après une grosse semaine au boulot, ou même après une journée passée à l’extérieur.

« Mais mon activité préférée, c’est l’après-ski ou l’après-motoneige, à manger un bon repas, prendre un petit verre de vin, et lire un bon livre devant le feu au chalet », dit-elle.

Il va sans dire, les gens de Montfort sont actifs, peu importe la saison! Que ce soit par leur façon de se rendre au travail, leurs passe-temps les fins de semaine, ou dans la pratique de sports hivernaux, ces employés profitent des aspects positifs de l’hiver. Sortez vos « hot shots », attachez votre tuque avec de la broche et affrontez le froid, un coup de patin à la fois!



Vous avez aimé cet article? Lisez Des dîneurs qui ont la bougeotte, publié en janvier 2019.

Méganne Leblond
Méganne est stagiaire avec l’équipe des communications à Montfort depuis 2019. Quand elle n’est pas en train d’écrire pour le Journal Montfort, elle est surement en train de s’informer sur les nouvelles du sport, de se cacher les yeux devant un film d’horreur, ou d’écouter en boucle les chansons de Fred Pellerin.