La garde-robe de la compassion

659

Parfois pour sauver une vie, comme dans les films, on doit déchirer ou couper les vêtements des patients à l’Urgence. Un patient en détresse peut arriver en ambulance en pyjama et repartir trois semaines plus tard après n’avoir porté que des jaquettes d’hôpital. Ce n’est pas si rare non plus que des itinérants arrivent à l’Urgence en pleine tempête de neige sans mitaines ou manteau.

Que font ces patients pour se vêtir avant de partir? Surtout s’ils n’ont pas de famille ou de proches qui peuvent leur apporter des vêtements de la maison. Cette problématique était une barrière récurrente aux congés.

Depuis longtemps, Isabelle Diotte, travailleuse sociale à Montfort depuis 2013, facilite le départ de ces patients en les aidant à repartir vêtis convenablement grâce à des dons qu’elle et ses collègues recueillent auprès de leurs proches.

Femme avec des sacs de vêtements
Isabelle Diotte, travailleuse sociale, heureuse de libérer de l’espace dans son bureau!

« Les gens sont généreux! » affirme Isabelle. « Fréquemment, je trimballais au bureau des sacs de vêtements qu’on laissait sur mon perron. Les vêtements s’accumulaient dans nos bureaux, au 4C, à l’Urgence, bref un peu partout. Tout était pêle-mêle et difficile à trouver. On perdait un temps fou à chercher. »

Récemment, une initiative du Service des bénévoles de créer une garde-robe communautaire a rendu un peu plus facile le travail d’Isabelle.

C’est en marchant dans l’Urgence que Rémi Dumais, gestionnaire des bénévoles, a parlé à Isabelle et s’est rendu compte que son bureau était rempli de boîtes de vêtements. L’idée leur est venue de créer un endroit central et organisé, dans lequel il serait plus facile de trouver rapidement ce qu’on cherchait.

« Je suis donc parti à la recherche d’un espace pour nous permettre d’entreposer tous les vêtements… et c’est toute une chance que la Fondation ait changé de locaux en même temps, libérant ainsi une petite salle d’entrepôt qui se prêtait parfaitement à nos besoins », dit Rémi.

Presque en même temps, Rémi a accepté une étudiante du programme d’intégration communautaire de La Cité, Kathleen Dorval, pour l’aider à commencer cette garde-robe communautaire.

« À une journée par semaine, Kathleen nous aide à recueillir les items des différents bureaux et organiser le tout pour que les articles vestimentaires soient faciles à trouver », explique Rémi. « On se bâtit tranquillement une garde-robe séparée en vêtements d’hommes et femmes, en plusieurs grandeurs. Grâce à la collaboration de Julie Budd, gestionnaire de Services thérapeutiques, de la gestion de départs et des services sociaux, nous avons aussi accès à une laveuse au 4C pour nettoyer des dons, au besoin. Quand nous aurons fait l’inventaire complet de ce que nous avons déjà accumulé, nous pourrons alors faire des appels à tous pour des items manquants. »

La salle est accessible à l’aide d’un code numérique pour que les gestionnaires et les personnes clés y aient accès et puissent trouver rapidement ce dont ils ont besoin, tout au même endroit et de façon organisée.

« C’est formidable, car cet espace organisé rendra notre travail plus facile et répondra mieux aux besoins de nos patients », se réjouit Isabelle.

Bravo pour cette initiative centrée sur la personne et remplie de compassion!

Gabrièle Caza-Levert
Gabrièle est conseillère avec l'équipe des communications à Montfort depuis 2013. Quand elle n'est pas en train d'écrire pour le Journal Montfort, vous pourrez surement la retrouver sur un terrain de volleyball ou de frisbee, dans la cuisine, à une réunion de famille/d'amis ou en chemin vers sa prochaine escapade.