Dr Guy Moreau, notre médecin-chef : un homme de famille

649

Je suis né et j’ai grandi à Montréal, le dernier d’une famille de quatre enfants. Nos parents n’ont pas eu la chance de poursuivre leurs études, mon père était contremaître dans une compagnie et ma mère était secrétaire à temps partiel. Malgré leur revenu modique, ils nous ont offert d’aller à l’école privée au secondaire. Le collège des Eudistes (maintenant appelé Jean-Eudes) demeure le point tournant de mes études et de mon parcours professionnel, j’en garde d’excellents souvenirs.

On ne m’a pas poussé à devenir médecin, mais nous étions tous très encouragés à étudier! Les mathématiques et la physique étaient mes matières préférées.

J’ai grandi en pensant que j’avais trois frères alors qu’en réalité j’ai toujours eu une sœur et deux frères. J’ai eu le plaisir de rencontrer ma sœur trans lors de ses 54 ans, je suis fier d’être son jeune frère. Ce fût la continuité de notre histoire familiale de respect et d’amour.

Dr Guy Moreau et ses frères, sa soeur et leurs parents

Nous passions nos étés à Laval, dans le temps c’était un lieu de villégiature. On avait un chalet au bord de l’eau, à la jonction de la Rivière des Mille Îles et de la Rivière des Prairies. Mes étés étaient passés dehors avec une gang d’amis à jouer au tennis, au bocce (pétanque italienne), à la cachette, à faire du vélo et à attendre deux heures après les repas pour pouvoir se baigner!

Dr Guy Moreau et sa mère

J’ai été initié au ski nautique par des familles d’amis qui avaient la chance d’avoir une chaloupe à moteur (eh oui, du ski nautique derrière une chaloupe avec un moteur 9.9 hp!) ou un bateau, un sports que j’ai continué plus tard.

Mes premiers emplois d’été étaient des emplois manuel. Entre autres, j’ai travaillé dans la buanderie d’un centre de soins de longue durée. Un été, j’ai travaillé dans la « shoppe » avec mon père, dans un département des structures d’aluminium pour des fenêtres et des portes. J’étais le ti-gars à tout faire, redresser des poutres manuellement, déplacer des choses… ça gardait en forme, mais surtout ça payait bien, j’ai pu m’acheter mon premier vélo neuf à 16 ans!

Mon frère aîné, Daniel, a « quelques années » de plus que moi; il a quitté la maison pour étudier la médecine à l’Université de Sherbrooke quand je commençais le secondaire. Il m’a sûrement influencé dans mon désir de travailler dans le milieu de la santé.

Je suis parti étudier en médecine à l’Université de Sherbrooke (vous voyez l’influence familiale) à l’âge de 18 ans. À ma deuxième année, j’ai été accepté au programme de subvention des Forces armées. L’Armée payait mes études, après quoi je devais leur donner trois années de travail en retour (maintenant, ce sont cinq ans pour les étudiants en médecine). Je suis entré directement comme sous-lieutenant et j’ai terminé comme capitaine.

Après ma médecine, j’ai passé deux ans à la base militaire de Saint-Jean-sur-Richelieu, en pratique générale. En 1988, j’ai déménagé à Ottawa pour travailler au Centre médical de la Défense nationale, qui se trouvait à l’époque sur Alta Vista. Je travaillais en assistance opératoire et j’étais résident de première année en chirurgie générale.

J’ai terminé mon contrat avec l’armée en 1989 et je suis allé poursuivre ma résidence à l’Université d’Ottawa en chirurgie orthopédique. En 1993-94, j’ai fait un fellowship en arthroplastie du genou et de la hanche, à l’Université d’Ottawa et à l’Hôpital Général, comme on disait à l’époque, puis en 1994-95, je suis allé à l’hôpital Shands en Floride pour faire un fellowship en chirurgie orthopédique oncologique.

Ensuite j’ai travaillé à l’Hôpital d’Ottawa (Hôpital Général du temps) et à CHEO de 1995 à 2001. J’étais le seul chirurgien orthopédique oncologique à opérer des enfants à Ottawa (maintenant il y en a deux).

J’opérais des enfants de l’âge de mes enfants, je les voyais parfois mourir, je trouvais ça très difficile.

C’est à ce moment que j’ai pris des décisions importantes pour mon futur professionnel et que débute mon histoire avec Montfort.

Ce changement de parcours m’a amené sur les bancs d’école de 2001 à 2005, pour faire mon droit civil et mon common law à l’Université d’Ottawa. J’ai fait mon stage de Barreau chez la firme d’avocats Gowling WLG, qui représente les médecins par l’intermédiaire de l’Association canadienne de protection médicale (ACPM/CMPA)

Pendant mes études de droit, j’ai commencé à aider mes collègues orthopédiques avec la couverture de garde à Montfort. J’ai eu une très bonne job de soir, de fin de semaine et d’été pendant cette période. Merci à mes collègues qui m’ont appuyé depuis ce temps.

Il y a toujours eu du sport dans ma vie

Dr Moreau en ski nautique

Pendant que j’étais en Floride, j’ai obtenu un certificat en ski nautique à pieds nus. Je n’ai jamais fait de sport compétitif, je suis compétitif avec moi-même seulement! Au fil des années, j’ai joué au volleyball, au hockey (d’accord, j’ai fait un peu de hockey compétitif dans ma jeunesse), au racquetball, au squash, je skie (nautique et alpin), et depuis que je suis dans la cinquantaine, je golfe plus souvent.

Il y a toujours eu du sport dans ma vie, j’étais bon à l’école, mais nul en musique! J’aurais aimé jouer du violon, mais je n’ai aucune fibre musicale.

 

Après avoir obtenu mon titre d’avocat, j’ai travaillé en droit médical chez Gowlings trois jours par semaine et en orthopédie deux jours par semaine à Montfort, tout en reprenant une pratique élective.

À l’automne 2009, j’ai appris que le poste de médecin-chef de Montfort était affiché; j’ai appliqué et j’ai obtenu le poste en décembre 2009. Mon expérience en droit me sert à tous les jours pour la compréhension du système hospitalier et pour la résolution de conflits.

Mon deuxième mandat s’achèvera en décembre 2019, et par la suite je planifie continuer comme médecin en orthopédie à Montfort. J’ai aimé être impliqué dans l’administration de l’hôpital, tout en ayant des contacts avec mes collègues et en gardant contact avec des patients. J’aime ça, mais je dois porter plusieurs chapeaux.

Quelles ont été mes grandes fiertés pendant mon mandat?

Réussir à passer la transition au Nouveau Montfort en 2010. Nous avons doublé notre capacité et nous avons dû beaucoup recruter, chaque département a grandi. Nous avons réussi à faire la transition sans manquer une seule journée clinique… on n’a jamais fermé l’hôpital. Je suis fier de contribuer activement à la mission, vision et valeurs de notre hôpital.

J’ai aussi collaboré à améliorer nos relations avec nos partenaires. Et je pense avoir contribué à changer la perception de l’hôpital. Nous obtenons des témoignages à cet effet à tous les jours. Il est important de continuer dans cette voie car nous pouvons toujours nous améliorer.

Quand mon mandat comme médecin-chef va se terminer, je veux prendre une année à me concentrer sur l’orthopédie pour aller me ressourcer en assistant mes collègues. Je ne veux pas m’engager dans d’autres projets pendant ce temps-là. Tant pis si ça me fait manquer des opportunités!

Guy Moreau et son épouse Mona
Dr Moreau et sa femme Mona

Je veux passer plus de temps avec ma femme, Mona qui me supporte et qui subit mon horaire très chargé… un peu fou, depuis presque 10 ans. Je veux la remercier de m’avoir appuyée dans cette aventure. Sans elle, je n’aurai pas été capable de rallier famille et travail. Nous avons six enfants, un garçon et cinq filles âgés de 24 à 32. Nous sommes extrêmement fiers de leurs accomplissements, tant sur le plan personnel que professionnel.

Après mon mandat, je compte prendre un mois pour aller faire du ski alpin dans l’ouest canadien et un mois d’été à notre paradis d’été à Point-Comfort, au nord de Gracefield, au bord du Lac des Trente-et-un-Milles. C’est sur la terre natale de ma femme. Je m’y ressource pleinement avec mes outils et mes « jouets ». Un ruisseau, un lac, un café sur la terrasse, un terrain à entretenir et des sports nautiques, un paradis sur terre.

Les six enfants de Dr Moreau et de sa femme, Mona

Ce qui va me manquer le plus en quittant mon poste l’année prochaine, c’est de laisser l’équipe extraordinaire que j’ai ici à la direction médicale.

Mais je ne serai pas loin…

Dr Moreau et Dr Leduc lors de la cérémonie de reconnaissance pour les 45 ans de carrière de Dr Chauhan
Dr Guy Moreau
Dr Moreau est médecin-chef à Montfort depuis décembre 2009 et chirurgien orthopédiste à l'hôpital depuis 2001. Dans ses temps libre, il s'amuse à jouer au golf, à faire des tours de quatre-roues ou à « jouer » avec sa scie à chaîne au chalet.