Anti-stress : si c’est bon pour Obama, c’est bon pour Paul

575

Que ce soit un nouvel emploi, un projet difficile, une situation financière précaire, un tracas avec les enfants, un proche malade ou une période difficile dans sa vie de couple, le stress fait partie de notre quotidien.

Il existe plusieurs moyens d’être proactif pour affronter des situations stressantes. La bonne forme mentale, l’auto-assistance, la prise d’habitudes saines, les cours sur la gestion du stress et les services de counseling peuvent être d’un grand secours, mais il importe d’abord de trouver l’origine du stress et de s’y attaquer.

À Montfort, comme dans tous les autres milieux, il est important de développer des stratégies pour gérer son stress.

Pour Sandra Lenglin Aubé, pharmacienne clinique, il n’y a pas de recette miracle. Elle tient toutefois à partager avec vous quelques conseils qu’elle a reçus d’un conseiller de notre Programme d’aide aux employés.

« Décrocher. Lorsque la journée est finie, il est important de décrocher pour pouvoir recharger ses piles à la maison ou se garder de l’énergie pour le retour des enfants, » conseille Sandra. « On m’a dit que tu as trois opportunités de décrocher : quand tu pousses la porte du département, quand tu pousses la porte du stationnement et quand tu fermes la porte de ta voiture. Alors, pensez-y! Lorsque vous êtes à la maison, n’ouvrez pas vos courriels, ne pensez pas au travail. Ce temps-là est pour vous. Profitez de votre famille ou de vos amis. »

En plus de se permettre de décrocher, Sandra suggère de prendre soin de nous et de se faire du bien.

« Au moins une fois par jour, accordez-vous un petit plaisir, que ce soit un carré de chocolat, un bain avec des bulles, une marche après le souper ou un bon film en famille. Lorsqu’on est bien dans son corps et dans sa tête, on est moins sensible au stress. Il faut prendre soin de soi car personne d’autre va le faire à notre place. »

D’autres conseils pour garder une bonne santé mentale peuvent inclure de bien manger, garder la forme physique, réserver du temps pour les membres de la famille et les amis, de de se fixer des limites et et de cultiver des passe-temps. C’est exactement les stratégies qu’utilise Hélène Brunette, gestionnaire à l’Institut du Savoir Montfort.

« Je gère mon stress en faisant de l’activité physique, en maintenant une alimentation saine, je socialise avec des amis et m’assure de passer du temps de qualité avec ma famille. Je tente aussi d’inclure de la méditation ou relaxation, ou faire de la lecture. Je priorise mes tâches et je me permets de quitter le travail à une heure raisonnable, sans me sentir coupable, pour faire le plein d’énergie pour la prochaine journée. Et à ne pas oublier… une bonne nuit de sommeil! »

Pour Paul Shean, préposé à l’entretien ménager, il est important de se traiter avec soin et d’être en paix avec soi-même.

« Dans le cadre de mon travail, je dois parfois répondre à des situations de crise qui sont assez stressantes. Pour moi, ma façon de récupérer après une intervention comme celle-ci, c’est d’aller m’assoir dans la cour intérieure de la cafétéria ou dehors pendant 10 minutes et d’admirer la nature. Nous sommes chanceux à l’hôpital d’être entourés d’arbres et de parcs », remarque-t-il.

Avec les années vient la sagesse, pour Paul qui croit que « nous devons nous consacrer du temps et faire des choses qu’on aime. Que ce soit 10 minutes ou une heure par jour, on doit le faire. Ces moments sont sacrés. On doit apprendre à déconnecter de son quotidien et à trouver des outils pour gérer son stress (web, livres, ateliers, etc.). Si Barack Obama se consacrait une heure par jour à lui-même pendant sa présidence, nous devrions tous être capables de faire une pause dans notre routine. Pas d’excuse! »

En plus d’avoir confiance en soi, d’établir des priorités, d’établir un budget sensé, de faire du bénévolat, d’apprendre à rire, de faire une seule chose à la fois et de déterminer des objectifs personnels, on suggère aussi d’en parler aux autres et de trouver une façon de vous exprimer.

Pour Anne Roberts, conseillère en soins palliatifs, à l’hôpital, en parler c’est une bonne stratégie pour gérer son stress et éviter l’épuisement.

« L’esprit d’équipe à Montfort me console énormément… je ne me sens jamais seule ou isolée. Il y a toujours quelqu’un prêt à m’écouter et parfois même avec qui je peux partager les difficultés d’un cas », explique-t-elle. « À l’extérieur de mon travail, j’ai une vie non compliquée, remplie d’activités sociales et je me valorise beaucoup le fait que je peux venir travailler à vélo. Finalement, je réalise que je dois aussi m’éloigner complètement. C’est important de prendre congé. »

Quels seraient d’autres moyens d’obtenir de l’aide?

L’aide peut prendre plusieurs formes.

  • Parlez à votre superviseur. Pour commencer, ayez une conversation ouverte avec votre superviseur. Il ne sait peut-être pas que vous éprouvez des difficultés. Cette conversation vise à établir un plan efficace pour gérer votre charge de travail ou les facteurs de stress afin que vous puissiez offrir le meilleur rendement possible au travail. Votre plan pourrait être d’améliorer vos compétences à gérer votre temps, déterminer les ressources offertes par l’hôpital pour améliorer votre mieux-être au travail, clarifier ce qui est attendu de vous, obtenir l’appui nécessaire auprès de vos collègues, demander qu’on vous confie des tâches stimulantes ou importantes qui viendront enrichir votre vie professionnelle, ou encore apporter des changements à votre espace de travail physique afin de le rendre plus confortable.
  • Fixez des objectifs réalistes. Collaborez avec votre gestionnaire pour établir des attentes et des échéances réalistes. Examinez régulièrement l’état d’avancement des projets et révisez vos objectifs au besoin.
  • Cherchez et acceptez de l’aide. Le programme d’aide aux employés (PAE) de Montfort vous offre des ressources, comme de l’information en ligne ainsi que des services de counseling et d’aiguillage vers des professionnels de la santé mentale, au besoin. Vous serez d’autant plus en mesure de gérer votre stress si vous acceptez de vous faire aider par des amis, des membres de votre famille ou des collègues en qui vous avez confiance, ou par des professionnels.
  • Si nécessaire, consultez. Si vous continuez de ressentir une pression énorme en raison du stress au travail, vous voudrez peut-être consulter votre médecin, un professionnel de la santé mentale ou un psychologue qui vous aidera à mieux gérer le stress. Sachez quand demander de l’aide.

Consultez la page Ma santé psychologique au travail au Portail Montfort pour découvrir quelques trucs et conseils qui pourraient vous aider.

Pour évaluer votre niveau de stress à l’aide d’un questionnaire et pour plusieurs autres conseils, consultez le site suivant : https://www.cchst.ca/oshanswers/psychosocial/stress_workplace.html

 

Gabrièle Caza-Levert
Gabrièle est conseillère avec l'équipe des communications à Montfort depuis 2013. Quand elle n'est pas en train d'écrire pour le Journal Montfort, vous pourrez surement la retrouver sur un terrain de volleyball ou de frisbee, dans la cuisine, à une réunion de famille/d'amis ou en chemin vers sa prochaine escapade.