Huguette, elle connait ça!

364
Huguette Léonard, infirmière à Montfort, s’est volontairement prêtée au jeu pour reconstituer l’affiche « We Can Do It! », datant de 1943.

Huguette Léonard a eu une belle carrière qui s’est échelonnée sur plus de 55 ans, dont la majorité à Montfort. Pour elle, une visite d’agrément ce n’est rien de bien énervant. Elle nous raconte dans ses mots.

J’ai fait mon cours ici en 1959, à l’école d’infirmières avec les Filles de la Sagesse. J’ai fini en 1962 et j’ai été embauchée tout de suite. J’ai travaillé parfois à temps complet, parfois à temps partiel, puis je suis revenue en 1976 à plein temps. J’ai pris ma retraite en 1999… mais je ne suis pas partie pour longtemps!

Je suis allée travailler pour la Ville d’Ottawa, comme infirmière pour leurs équipes d’immunisation. Au début c’était pour donner les vaccins de la grippe, puisque le gouvernement de l’Ontario venait d’annoncer que les vaccins seraient gratuits. Par la suite, j’ai fait partie des équipes de vaccination dans les écoles pour une période de 10 ans.

En 2003, les ressources humaines de Montfort m’ont rappelés. C’était après le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) à Toronto. Ils cherchaient quelqu’un pour ajuster les masques N95. J’ai fait ça jusqu’en 2010. Ensuite, le bureau de Santé et Sécurité au travail (SST) m’a demandé si je voulais remplacer pendant les vacances…

Les visites d’agrément, Huguette connait ça

Pendant ma carrière, j’ai été infirmière en chirurgie, médecine, pédiatrie, et j’ai terminé aux soins de longue durée. J’ai ouvert le Pavillon derrière l’hôpital (là où se trouve le centre de soins de longue durée), de 1978 à 1994.

Je me rappelle qu’au Pavillon, on a eu des visites d’agrément. Avant ça j’en avait eu en médecine et en chirurgie.

Affiche We Can Do It datant de 1943
Huguette s’est prêté au jeu et a recréé l’affiche « We Can Do It! », datant de 1943!

Une année, un visiteur est venu faire un tour en soirée, probablement pour s’adresser au personnel de soir.

Ma première visite d’agrément, ça a dû m’inquiéter…

À l’époque, c’était peut-être un moins gros projet (les premières visites d’agrément duraient deux jours). Il faut dire que l’hôpital était plus petit. La préparation était un peu comme aujourd’hui, les visiteurs venaient sur les unités de soins, il fallait que tout soit « Spic and Span ». Ils pouvaient nous poser des questions. Je ne me suis jamais sentie coincée devant un visiteur.

Les employés sont un peu nerveux avant la visite; c’est seulement une fois aux quatre ans. Oui, les visiteurs posent des questions, mais ce sont des questions concernant ton travail.

Si tu travailles bien, et la majorité des gens travaillent bien, tu ne devrais pas t’en faire.

D’après moi, on est plus fébrile avant la visite que pendant

Les visiteurs, ce sont des gens qui ont déjà fait des visites avant, ils ne sont là pour trouver une faille, ils ne cherchent pas à te prendre en défaut. Et après que c’est fini, c’est fini!

Est-ce que Huguette va travailler pendant la visite d’agrément?

Je ne le sais pas encore, mais ça ne m’énerverait pas!


Vous avez aimé cet article? Vous aimerez peut-être l’article Une visite d’agrément vue de l’intérieur, publié en février 2018.

Geneviève Picard
Geneviève est directrice de l'équipe des communications à Montfort depuis 2014. Quand elle n'est pas en train d'écrire pour le Journal Montfort, elle est maniaque de lecture, adore le yoga, vient travailler en vélo mais seulement quand il fait beau, et ne fait jamais, jamais la cuisine.