Agrément, PORlons-en!

536

Agrément, PORlons-en!

C’est officiel, Agrément Canada rendra visite à Montfort du 15 au 20 avril 2018. Pour se préparer, les assistants en services thérapeutiques (AST) ont débuté une initiative fort intéressante auprès de leurs patients.

Depuis plus d’un mois, chaque semaine, les AST choisissent deux Pratiques organisationnelles requises (POR) sur lesquelles ils se concentrent lors des discussions avec leurs patients. Les AST, qui ont un contact important avec leurs patients lors des interventions thérapeutiques, en profitent pour éduquer les patients sur leurs soins, de façon informelle.

« Savez-vous ce que vous recevez dans votre IV, M. Lachance? Votre bracelet vert, il est là pourquoi, Mme Right? Avez-vous déjà entendu parler des plaies de pression, M. Normand? »

Ce sont des questions que vous pouvez entendre les AST poser aux patients lors de leurs interventions. Le but de cet exercice, initié par des membres du Comité consultatif d’Agrément (CCA), est d’impliquer les patients dans leurs soins, tout en sensibilisant les équipes de l’unité aux normes et aux POR d’Agrément Canada en vue de la visite au printemps prochain.

« Chaque jour, j’en parle à mes patients. En moyenne, je discute de l’élément-clé de la semaine avec cinq patients par jour, » explique Jacinthe Bernier, AST et membre du CCA. « Dans mes interventions, je note qu’il y a quand même des opportunités d’amélioration dans l’implication du patient dans ses soins. Cette semaine par exemple, j’ai été surprise d’entendre que les patients ne savent pas toujours à qui rapporter leurs insatisfactions. »

« Les infirmières et les autres membres du personnel nous entendent parler avec les patients et ça permet de les sensibiliser aux différentes POR d’Agrément et à l’importance d’inclure le patient dans ses soins, » ajoute Jacinthe. « Parfois, les réponses des patients sont surprenantes. En prévention des chutes, des patients qui portaient le bracelet vert ne savent pas toujours pourquoi. Un patient pensait que c’était un détecteur qui allait sonner s’il sortait de l’hôpital, un autre pensait qu’il y avait une caméra dessus ou même la liste complète de ses médicaments dans le bracelet. Il suffit de leur expliquer pour qu’ils comprennent. C’est un travail en continu, et un travail d’équipe pour intégrer le patient dans son plan de soins et assurer sa sécurité. »

Pour Isabelle Charette, AST, c’est pendant ses groupes d’exercices qu’elle aborde ces questions. « J’ai environ dix personnes dans ces groupes et en débutant le cours je leur distribue du Purell en leur demandant pourquoi c’est important de se laver les mains et à quel moment, » dit-elle. « Ils me répondent que c’est important avant de manger et après être allés à la toilette pour ne pas se contaminer et ne pas contaminer les autres. Pour eux, les employés devraient se laver les mains en TOUT temps, et ils le remarquent si ce n’est pas fait. C’est intéressant d’avoir ces conversations en groupe, en même temps, ça me prépare moi-même pour des questions éventuelles pendant la visite. »

À la fin de chaque semaine, un membre du CCA rencontre le groupe des AST afin de discuter des deux POR de la semaine et de leur rétroaction sur les éléments abordés. Ceci permet également d’identifier des lacunes dans l’implication du patient et de sa famille dans l’élaboration de ses soins. Cet exercice permet aussi de connaître l’avis de nos patients et de leur famille en plus d’avoir une meilleure image de la réalité sur les unités de soins, du point de vue de nos patients.

« En faisant cet exercice, on en apprend davantage sur les POR d’Agrément. Ceci me permet de m’impliquer dans le processus et d’obtenir de l’information sur des interventions auxquelles je ne suis pas toujours impliqué dès le début, » dit Nicholas Genest, AST. « Pour s’assurer d’une bonne conversation, c’est mieux d’initier le dialogue avec des patients qui sont à l’hôpital depuis quelques jours. Il faut trouver le bon temps et utiliser des mots clairs quand on leur explique. Ce n’est pas un test, c’est une conversation pour les impliquer davantage dans leurs soins. »

Vous aussi voulez commencer une initiative comme celle-ci dans votre secteur? Parlez-en à Janie Desroches du Comité consultatif Agrément qui pourra vous appuyer.

Gabrièle Caza-Levert
Gabrièle est conseillère avec l'équipe des communications à Montfort depuis 2013. Quand elle n'est pas en train d'écrire pour le Journal Montfort, vous pourrez surement la retrouver sur un terrain de volleyball ou de frisbee, dans la cuisine, à une réunion de famille/d'amis ou en chemin vers sa prochaine escapade.